Faire face aux changements

10 juil. 2008, PAR Acteurs Publics
  • 01
    MIN
  • 0
Dominique Sorain, secrétaire général du ministère de l’Agriculture, Antoine Herth, député UMP du Bas-Rhin, et Philippe Caille, consultant chez Ineum, ont participé à la table ronde consacrée à l’agriculture.

L’agriculture est face à de grands « chambardements », avec la montée en puissance de la Chine, la marginalisation de l’économie occidentale et la tension sur les matières premières. C’est avec ces défis, soulignés par Antoine Herth, député UMP du Bas-Rhin, que doit composer le ministère de l’Agriculture et ses 38 000 agents. Son secrétaire général, Dominique Sorain, a rappelé les conditions de la mise en œuvre de la RGPP. Mis à part l’enseignement agricole qui n’a pas été touché, l’ensemble de l’administration centrale et ses services déconcentrés n’échappent pas au resserrement des services. Trois grandes directions composeront l’organigramme du ministère, selon un schéma conforme aux programmes Lolf et aux grandes orientations de la Pac. Au niveau régional, les compétences seront regroupées dans une seule grande direction, regroupant les thématiques alimentation, forêts et enseignement. Les deux agences de paiement (l’Agence unique de paiement et la CNASEA) seront fusionnées pour gérer les crédits de la Pac, dont la France en profite à hauteur de 10 milliards d’euros. Le département restera l’échelon principal d’action des nouvelles DDEA. Les directions des services vétérinaires rejoindront les pôles territoires des préfectures avec les Ddass et les services de la répression des fraudes. Sur ces fusions, Philippe Caille, consultant chez Ineum, a rappelé l’importance de la gestion prévisionnelle des emplois, une gestion rendue difficile par des départs en retraite plus nombreux, et la nécessité de recruter dans le même temps des compétences nouvelles.

Xavier Sidaner
Acteurs Publics