Regrouper les directions autour des enjeux

10 juil. 2008, PAR Acteurs Publics
  • 02
    MIN
  • 0
Guillaume Boudy, secrétaire général du ministère de la Culture, Pierre Deprost, inspecteur des Finances, chargé de mission LOLF, Patrick Bloche, député PS de Paris, Jean-Pascal Vandeville, Ineum, Élisabeth Hachmanian, associée secteur public chez Deloitte, ont détaillé les défis de la culture dans un contexte budgétaire austère.
« La RGPP, n’est pas accomplie pour le plaisir ». Pour le tout nouveau secrétaire général la tache est colossale : « réhabiliter le patrimoine et augmenter l’offre culturelle ». Un objectif directement tiré de la feuille de route de la ministre de la Culture, Christine Albanel. Patrick Bloche, député PS de Paris et rapporteur du budget culture à l’Assemblée y voit une « rupture historique », mais dans un sens contraire à l’intérêt d’une réelle politique culturelle : « l’offre culturelle est formatée selon les attentes a priori » s’est-il lamenté. Rue de Valois, il faut par ailleurs composer avec un budget serré, « austère », dira Patrick Bloche, et alors que la culture, elle-même est en pleine révolution : nouveaux supports, nouveaux auteurs, création éclatée… « L’immatériel doit être valorisé » a lancé Jean-Pascal Vandeville, d’Ineum. Dans ce contexte difficile, Pierre Deprost, inspecteur des Finances, chargé de mission Lolf auprès du secrétaire général, est bien décidé à rendre l’organisation de l’administration centrale plus performante. « Il a fallu regrouper les directions autour des enjeux pour faire la connexion avec la Lolf ». Trois directions au lieu de dix actuellement composeront l’organigramme du ministère. Autre chantier de taille : la contractualisation de la performance avec les 80 opérateurs musées et associations culturelles qui emploient 22 000 personnes, soit le triple des effectifs de l’administration ministérielle ! Une particularité unique pour cette administration qu’a tenu à rappeler Elisabeth Hachmanian, associée  secteur public chez Deloitte. Enfin, il faut aussi maintenir sur le terrain un réseau structuré autour des Drac. Pauvres en effectifs, avec leurs 2 500 agents, celles-ci seront toutefois promues au rang de pôles régionaux, l’un des huit décidés par la RGPP d’ici 2009.  Ce dont s’est félicité le secrétaire général, Guillaume Boudy.

Xavier Sidaner
Acteurs Publics