Quantcast

Fabrice Bakhouche part en Italie

11 mars 2014, PAR Pierre Laberrondo
  • 02
    MIN
  • 0

Ce magistrat de la Cour des comptes, passé par le ministère des Affaires étrangères, avait rejoint le cabinet du Premier ministre en mai 2012 après avoir été le directeur général adjoint de l’Agence France-Presse.


Nouveau défi pour Fabrice Bakhouche. Ce magistrat de la Cour des comptes, conseiller technique pour la communication et l’économie numérique au cabinet du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, depuis l’alternance de mai 2012, quitte Matignon et rejoint l’équipe du tout nouveau président du Conseil italien, le jeune et ambitieux Matteo Renzi, a révélé La lettre de l’Expansion. Ce dernier a pris les rênes du gouvernement italien après avoir contraint son rival, Enrico Letta, à la démission.

La mobilité à Rome de Fabrice Bakhouche, en lien avec la future présidence italienne de l’Union européenne – prévue au second semestre de 2014 – avait été actée avant le départ d’Enrico Letta et confirmée après la nomination du nouveau président du Conseil.

De la Cour des comptes à l'AFP en passant par Bercy

Spécialiste du numérique et des médias, Fabrice Bakhouche, 39 ans, a déjà derrière lui une riche carrière. Après avoir réussi le concours de secrétaire adjoint des affaires étrangères en 1998, cet ancien élève de l’IEP de Paris a fait ses premières armes à la direction des Amériques et des Caraïbes du Quai d’Orsay. Reçu au concours de l’ENA en 2001, il se forme au sein de la promotion René Cassin.

Sorti de l’ENA à la Cour des comptes, Fabrice Bakhouche travaille pendant quatre ans rue Cambon. Il effectue ensuite une première mobilité à Bercy et officie comme chef du bureau “La Poste et France Télécom” à l’Agence des participations de l’État (APE), de 2008 à 2011. En 2011, il rejoint l’Agence France-Presse comme directeur général adjoint, jusqu’à son entrée à Matignon en mai 2012.