Quantcast

La moitié des postes promis dans l’éducation ont été créés, selon le gouvernement

31 août 2015, PAR Pierre Laberrondo
  • 03
    MIN
  • 0

ALAIN/CHAMUSSY/SIPA

La ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a réaffirmé l’objectif, fixé par François Hollande, de créer 60 000 postes dans l’éducation nationale, l’enseignement supérieur et la recherche et a annoncé 500 millions d’euros supplémentaires dans le budget 2016 pour le primaire et le secondaire.


Les 60 000 postes promis par François Hollande pour l’éducation nationale et les enseignements supérieur et agricole seront bien créés d’ici la fin du quinquennat, a déclaré, lundi 31 août, la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, sur France Inter, soulignant que la moitié avait déjà vu le jour.

Sur les 54 000 postes dévolus à la seule éducation nationale en cinq ans (le reste revient à l’enseignement supérieur et à l’enseignement agricole), la moitié a déjà été créée et les enseignants, dits “professeurs stagiaires”, partagent leur temps entre salle de classe et université, a rappelé Najat Vallaud-Belkacem.

Le cofondateur du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, avait accusé, dimanche 30 août, le gouvernement de pratiquer le “mensonge” et l’“enfumage” à propos du nombre de postes annoncé. “François Hollande avait promis 60 000 créations” mais “il n’y en a que 4 000 à peine, tout le reste, ce sont des stagiaires qui ont été recrutés, et ils ne passent qu’un tiers de leurs temps devant les élèves”, avait-il dit. “Il faudrait que Jean-Luc Mélenchon grandisse, et se grandisse, parce qu’à ce stade, je me demande qui il n’a pas insulté, entre les Allemands, les journalistes, les Bretons, les électeurs qui ne sont pas d’accord avec lui…” a répliqué la ministre.

500 millions pour le primaire et le secondaire

 

Les stagiaires évoqués par Jean-Luc Mélenchon sont des jeunes gens en formation, qui seront titularisés à la fin de leur parcours, a-t-elle souligné. Interrogée à propos de la proposition d’Alain Juppé d’augmenter les salaires des professeurs des écoles de 10 %, la ministre a répondu que la gauche avait instauré une prime spéciale de 400 euros pour les enseignants du primaire, appelée à augmenter en 2015, 2016 et 2017. “Il faudra aller plus loin que cette prime et ce sera l’objet du prochain quinquennat, après que celui-ci a été consacré à recréer des postes et redonner des moyens à l’école pour fonctionner”, a-t-elle dit.

Les discussions budgétaires de cet été, “arides”, ont permis de dégager 500 millions d’euros supplémentaires dans le budget 2016 pour le primaire et le secondaire, a annoncé par ailleurs Najat Vallaud-Belkacem dans un entretien au site spécialisé Le Café pédagogique.

Des primes doublées

Cela va non seulement nous permettre de financer les nouveaux emplois et la formation continue, mais aussi d’augmenter” la prime des professeurs des écoles, a-t-elle précisé. Ce lundi 31 août, sont publiés les décrets spécifiant le doublement de la prime (à 2 300 euros par an) accordée aux professeurs dans les établissements les plus difficiles, les réseaux d’éducation prioritaire renforcés (REP+), et une augmentation de 50 % en REP.

En prenant en compte la rémunération lors de la formation initiale, réintroduite sous ce quinquennat, et la prime de 400 euros, un professeur des écoles ayant débuté depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir gagnera 85 000 euros de plus pendant sa carrière, a assuré Najat Vallaud-Belkacem. Ce montant est supérieur s’il exerce en REP ou en REP+.

Avec AFP