Quantcast

La Silicon Valley au service du Pentagone

1 sept. 2015, PAR Jean-Michel Meyer
  • 02
    MIN
  • 0

Lle secrétaire à la Défense américain, Ashton Carter. - Lenny Ignelzi/AP/SIPA

L’administration Obama se mobilise pour l’électronique du futur. Le département américain de la Défense s’allie avec des collectivités locales de Californie et les firmes high-tech de la Silicon Valley dans un partenariat public-privé qui devra notamment mettre au point des circuits électroniques ultrafins “révolutionnaires”.


Le 26 août dernier, le secrétaire à la Défense américain, Ashton Carter, s’est posé à San José, au cœur de la Silicon Valley, pour annoncer la création en Californie de l’Institut Flex Tech Alliance. Il s’agit d’un partenariat public-privé (PPP) doté de 171 millions de dollars sur cinq ans destiné à accélérer les développements dans l’“électronique hybride flexible”, c’est-à-dire des circuits imprimés ultrafins posés sur des supports souples, étirables et tactiles.

Par l’intermédiaire du laboratoire de recherche de l’US Air Force, le département de la Défense apportera 75 millions de dollars de fonds fédéraux dans ce PPP qui réunit 96 entreprises (parmi lesquelles Apple, Boeing, Dupont, Motorola et Lockheed Martin), 11 laboratoires de recherche et universités. Ces partenaires industriels et scientifiques mobiliseront de leur côté, avec les collectivités locales, 96 millions de dollars pour ce projet.

Nouvelle génération d’écrans d’ordinateur

L’électronique flexible se situe à l’intersection des industries de l’électronique et de l’impression de haute précision”, a précisé le communiqué de la Maison blanche. Ces circuits électroniques ultrafins, déposés sur des supports minces, souples ou étirables, pourrait à terme se substituer aux câblages et aux circuits imprimés sur les avions, les navires ou les armes.

Ils révolutionneraient bien évidemment les ordinateurs portables, grâce à la mise au point d’écrans d’ordinateur d’un nouveau type qui pourraient se plier comme un brassard autour du bras de l’utilisateur, civil ou militaire, se substituant à un matériel informatique lourd et encombrant.

Et si ces circuits permettront de poser des capteurs médicaux sur le corps des personnes âgées ou malades pour vérifier en temps réel leur état de santé, ils pourraient également s’adapter pour les soldats au combat, afin de surveiller leur état physique.

Sept instituts industriels de pointe

Ces circuits électroniques ultrafins seraient très adaptés aussi pour des équipements spéciaux comme les robots opérant dans des milieux extrêmes et hostiles (sous-marin, haute altitude, espace…), devenus plus légers et plus résistants. Et ils auraient encore l’avantage de réduire la taille des systèmes électroniques embarqués sur les équipements militaires et d’en diminuer la consommation d’énergie.

Ashton Carter, qui a travaillé dans la Silicon Valley et a enseigné à l’université de Stanford, est enfin parvenu à rapprocher deux mondes que tout opposait, l’armée et les chercheurs de la Silicon Valley.

L’Institut Flex Tech Alliance est le septième institut industriel lancé par l’administration Obama. Ces investissements forment le socle de la supériorité industrielle américaine pour les prochaines années”, affirme la Maison blanche.