Quantcast

Un forum pour stimuler la réflexion sur les logiciels libres dans le secteur public

25 févr. 2016, PAR Bastien Scordia
  • 02
    MIN
  • 0

© Fotolia

Lancé par la direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État (Dinsic), le forum “Logiciel libre et secteur public” compte déjà quelques 300 contributions. L’échange se poursuit désormais dans des “ateliers ouverts”.  


Sur un sujet d’apparence technique, le gouvernement entend provoquer le débat et diffuser les bonnes initiatives. C’est l’objet du lancement du forum “Logiciel libre et secteur public” de la direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État (Dinsic). Un mois après son lancement, cet “espace de discussion autour du libre, de son usage et son support” dans l’administration recense quelque 300 contributions.

Un départ prometteur, donc, pour cette initiative confiée à la mission Etalab et qui s’inscrit dans la droite ligne de l’action interministérielle sur l’usage du logiciel libre. Dans une circulaire de 2012, l’ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault en précisait notamment les contours [consultez-la ici].

Fédérer les acteurs du libre

Lieu “de dialogue, de partage d’expérience et d’initiation de collaborations concrètes”, ce forum “est la première étape d’une démarche visant à développer le pouvoir d’agir des acteurs du logiciel libre au sein de l’administration”, affirme Etalab. Et donc à permettre la fédération de ces utilisateurs du “libre”, que l’on peut trouver au sein des ministères, des services déconcentrés de l’État, des collectivités territoriales ou encore de la fonction publique territoriale.

L’urgence était, en effet, de taille. L’administration utilise une multitude de solutions libres, qui, selon la Dinsic, font que “l’écosystème open source et les services publics ne sont pas suffisamment en contact, notamment sur les aspect de support”.

Mise en pratique du gouvernement ouvert”

Grâce à cet outil, les internautes, quels qu’ils soient, peuvent désormais faire part de leurs points de vue et de leurs expériences. Une communauté de contributeurs sur laquelle le secteur public pourrait se reposer “pour optimiser ses futurs marchés”, préconise la Dinsic.

Des licences pour les logiciels libres du secteur public en passant par la sécurité de ceux-ci et les formations proposées, les sujets abordés sur le forum sont nombreux et ouverts aux commentaires de chacun. Parmi les autres thèmes évoqués : les efforts de mutualisation en termes de logiciels dans le secteur public et le socle interministériel des logiciels libres, réalisé par le secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP) et contenant un certain nombre de recommandations sur ces mêmes logiciels.

La réflexion se poursuit désormais dans des “ateliers ouverts”. Ceux-ci “permettront de contribuer au recensement et à l’évaluation des logiciels libres, à la promotion de l’interopérabilité des solutions techniques et au test d’outils collaboratifs, indispensables à la mise en pratique du gouvernement ouvert”, précise la mission Etalab. Le premier d’entre eux est programmé vendredi 26 février.