Quantcast

L’armée britannique veut attirer plus de femmes, de gays et de musulmans

10 janv. 2018, PAR Acteurs Publics
  • 02
    MIN
  • 0

La "Royal Navy" devant Buckingham Palace à Londres, le 26 novembre 2017 - Guy Bell/Shutterstock/SIPA

Une campagne de recrutement a été lancée il y a plusieurs mois et ce week-end, de nouveaux messages seront diffusés à la radio, à la télévision et sur Internet. 


“L’armée avait l’habitude de recruter des jeunes hommes blancs de 16 à 25 ans, il n’y en a pas autant autour de nous que dans le passé. Notre société change.” C’est ainsi que le chef de l’armée britannique, le général Nick Carter, a expliqué, au micro de la BCC, la campagne de recrutement visant des candidats aux genres, sexualités, religions et origines divers, afin de pallier un manque de soldats.

En répondant à des questions telles que “Puis-je être gay dans l’armée ?”, “Est-ce que je serai écouté dans l’armée ?” ou encore “Puis-je pratiquer ma foi dans l’armée ?”, des vidéos, dont des extraits ont été diffusés, visent à rassurer les femmes, les personnes homosexuelles, les musulmans, entre autres, sur le fait qu’ils seront acceptés au sein des troupes.

“Cette campagne est une façon de reconnaître que nous ne disposons plus d’une armée assez nombreuse en ce moment, que la démographie de notre pays a changé et que nous devons atteindre une plus large communauté”, a souligné le général Carter. L’armée britannique comptait un peu plus de 78 000 membres à temps plein l’année dernière, bien en deçà de l’objectif du gouvernement de 82 000 d’ici 2020.

Politiquement correct

Cette initiative a été diversement appréciée. Les critiques ont fusé contre l’armée, accusée de céder au “politiquement correct”. “Les gens les plus intéressés par l’armée ne s’inquiètent pas de savoir s’ils vont être entendus ou s’ils vont pouvoir exprimer leurs émotions”, a dit le colonel Richard Kemp, ancien commandant des troupes britanniques en Afghanistan, à la BBC.

Nick Carter a défendu la campagne, se disant “très fier que l’armée respecte vraiment l’origine ethnique et sociale et le genre de chacun” et a assuré que, ces neuf derniers mois, les demandes d’adhésion avaient augmenté de 30 à 35 %.
“Nous sommes le genre d’employeur qui n’a pas d’échelle de rémunérations différente, c’est la même quel que soit votre genre”, a ajouté le chef de l’armée britannique.

(avec AFP)