Quantcast

Une plate-forme numérique méditerranéenne en Tunisie

13 févr. 2018, PAR Acteurs Publics
  • 02
    MIN
  • 0

Badreddine Ouali, président de Smart Tunisia, et Neila BenZina présidente de FrenchTech Tunisie, lors de la visite d’Emmanuel Macron à Tunis le 1er février 2018.

Baptisé Smart Tunisia, ce programme public-privé orienté sur le numérique soutient les investisseurs internationaux dans leur installation en Tunisie.


Une visite à forte connotation économique et en particulier numérique. En Tunisie, le 1er février dernier, Emmanuel Macron a appelé les entreprises françaises à revenir investir dans le pays. La France est le premier partenaire commercial de la Tunisie, mais s’est fait prendre la première place de fournisseur par l’Italie en 2017, a regretté le Président français, qui a notamment ciblé le tourisme, l’agroalimentaire et évidemment le numérique comme des secteurs porteurs. Il était d’ailleurs accompagné de plusieurs chefs d’entreprise, dont Stéphane Richard (Orange) et Xavier Niel (Iliad).

À l’occasion de cette visite d’État, le Président français a listé ce qui fait à ses yeux les atouts de l’économie numérique tunisienne : “une jeunesse formée, un tempérament entrepreneurial, une tradition justement de déploiement économique et de commerce qui sont propices à faire de ce pays une plate-forme de développement numérique dans toute la région”.

Riche de ses 20 000 ingénieurs et scientifiques et de ses 12 000 informaticiens diplômés chaque année, la Tunisie a créé depuis une dizaine d’années des centres d’excellence en FinTech et data et s’est dotée d’une structure baptisée Smart Tunisia. Ce programme public-privé porté par la Fondation Tunisie pour le développement et le ministère des Technologies aide depuis deux ans les investisseurs internationaux dans leur installation en Tunisie au moyen d’un dispositif international composé d’équipes de support logistique et administratif, d’une équipe marketing et commerciale et d’“ambassadeurs” en Europe, aux États-Unis, en Afrique et au Moyen-Orient.

Porte d’entrée

Selon Badreddine Ouali, son président, “Smart Tunisia s’efforce de positionner le hub technologique tunisien comme porte d’entrée des investisseurs étrangers au Maghreb et en Afrique. Il s’agit de répondre à deux enjeux majeurs : l’employabilité de nos jeunes diplômés et la réponse concrète aux besoins de la révolution numérique”.

Smart Tunisia est l’une des actions portées par la Fondation Tunisie pour le développement. Ses principaux actes de contribution tournent autour de 4 piliers d’aide au développement : la réduction de la fracture sociale par la création d’emplois dans des secteurs à potentiel, la réduction de la fracture numérique, le support des centres de recherche et de traitement des maladies mentales et l’éducation qualifiante. 

Cette fondation est aujourd’hui entrée dans une phase de déploiement active. Son portefeuille d’initiatives comprend déjà, outre le hub Smart Tunisia, le lancement de l’initiative Recherche Alzheimer et santé mentale hôpital Razi, la construction de premiers centres à Siliana et Beja pour la requalification en formation des jeunes des régions défavorisées, l’initiative Université franco-tunisienne et enfin l’Observatoire de la mobilité africaine.