Quantcast

Le plan Juncker a atteint 284 milliards d’euros d’investissements

4 mai 2018, PAR Acteurs Publics
  • 02
    MIN
  • 0

SIPA

Le plan d’investissement européen mis en place après la crise financière a levé plus de la moitié de son objectif pour 2020. Près d’un tiers des montants privés levés par le mécanisme ont bénéficié aux PME européennes. L’énergie et les projets de recherche et de développement de l’innovation sont les principaux secteurs financés.


Le cap est bien suivi pour le plan Juncker. Créé en novembre 2014, juste après le début du mandat du président de la Commission européenne, le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS) avait pour objectif de mobiliser des fonds privés pour financer des projets innovants et risqués grâce à des garanties publiques.

Prévu pour être déployé jusqu’à l’an dernier, le mécanisme a été renforcé et étendu jusqu’en 2020. La Commission européenne et la Banque européenne d’investissement ont offert un total de 33,5 milliards d’euros de garanties pour attirer 500 milliards d’euros d’investissements privés.

Au 12 avril 2018, près de 284 milliards d’euros d’investissements ont été investis dans des projets innovants. Les principaux secteurs concernés sont l’énergie (22 % des investissements) et les projets de recherche et de développement de l’innovation (22 %), loin devant les technologies numériques (12 %), les transports (8 %) ou les infrastructures locales (8 %). Les projets liés à l’environnement et à l’utilisation efficace des ressources ne représentent que 4 % des investissements.

120 projets français approuvés

Après un démarrage poussif, la Commission européenne a, en particulier, amélioré sa plate-forme de conseils pour préparer les projets car les PME trouvaient les dossiers trop complexes à monter. Un portail visant à simplifier la communication entre les promoteurs de projets et les investisseurs a également été créé.

Au 12 avril dernier, les 4 premiers bénéficiaires du plan – l’Italie (123 projets approuvés), la France (120 projets), l’Espagne (77 projets) et l’Allemagne (76 projets) – ont représenté plus de 62 % des financements approuvés par la Banque européenne d’investissement et 48,5 % des investissements privés ainsi levés. Les pays qui ont le plus investi en proportion de leur PIB, hormis l’Espagne, comptent moins de projets comme le Portugal (30 projets), la Grèce (26) et l’Estonie (11 projets).

Malgré le succès du plan Juncker, les investissements européens demeurent en dessous des niveaux d’avant la crise économique. Les institutions européennes estiment qu’il faudrait aujourd’hui injecter près de 700 milliards d’euros supplémentaires, en particulier dans le domaine du numérique.

Jean-Bernard Gallois