Quantcast

L’ex-présidente du Medef missionnée par Muriel Pénicaud et Nicolas Hulot

15 mai 2018, PAR Shahinez Benabed
  • 02
    MIN
  • 0

DeuxPlusQuatre, CC by SA Wikimedia


La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, et son homologue à la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, ont annoncé, lundi 14 mai, avoir confié à l’ancienne présidente du Medef Laurence Parisot l’élaboration du plan de programmation de l’emploi et des compétences.

Prévu par la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015, ce plan, élaboré avec l’État, les partenaires sociaux et les collectivités, devra notamment indiquer “les besoins d’évolution en matière d’emploi et de compétences sur les territoires et dans les secteurs professionnels au regard de la transition écologique et énergétique”, indique le texte de loi. Il incitera en outre “l’ensemble des acteurs au niveau régional à mesurer et à structurer l’anticipation des évolutions sur l’emploi et les compétences induites par la mise en œuvre des schémas régionaux du climat, de l’air et de l’énergie et des plans climat-air-énergie territoriaux”.

La nomination de Laurence Parisot intervient quant à elle alors que le gouvernement a dévoilé, lundi 14 mai, les mesures du volet “écolo” du Plan d’investissement dans les compétences (PIC)*, à savoir notamment le cofinancement par Pôle emploi de 10 000 formations aux emplois de la transition écologique, ainsi que l’intensification, “notamment dans le champ du recyclage, de l’économie circulaire et des ressources”, de la formation des salariés en insertion, indique un communiqué gouvernemental.

Âgée de 58 ans, Laurence Parisot est directrice associée de la société de conseil Gradiva depuis 2017 et présidente d’honneur du Medef depuis 2013. Elle a notamment été présidente de cette même organisation patronale entre 2005 et 2013 et P.-D.G., puis vice-présidente du directoire de l’institut de sondage Ifop, entre 1990 et 2017.

Diplômée de Sciences Po Paris et titulaire d’une maîtrise de droit public, elle est en outre, et entre autres, membre du Comité de l’accélérateur de la transition écologique présidé par Jean-Dominique Senard, depuis avril dernier. Elle a aussi été membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE) sur les périodes 2004-2005 et 2013-2015.

* Le PIC doit permettre de former 1 million de jeunes “décrocheurs” et 1 million de demandeurs d’emploi peu qualifiés (11 milliards d’euros) sur le quinquennat.

Les emplois de la transition énergétique en chiffres
2 % : c’est, selon le gouvernement, la part de la population active exerçant aujourd’hui un emploi dit environnemental ou au sein d’éco-activités au sens strict, soit 456 000 emplois. “Les professions vertes (qui ont une finalité environnementale) ou verdissantes (dont l’exercice évolue avec les préoccupations environnementales) représentent 4 millions d’emplois”, précise en outre un communiqué du ministère du Travail.