Quantcast

La police nationale lance une campagne de recrutement

15 mai 2018, PAR Acteurs Publics
  • 03
    MIN
  • 0

© Nicolas Messyasz/SIPA

Pour recruter cette année 8 000 agents, le ministère de l’Intérieur lance une campagne avec des spots de télévision. Objectif : stimuler le vivier pour maintenir le niveau, dans un contexte de forte concurrence. Un concours interne sera ouvert aux agents de la fonction publique de catégorie C.


Police cherche policiers. La direction générale de la police nationale (DGPN) a lancé, le 15 mai, une campagne de recrutement d’une ampleur inédite “depuis dix-huit ans”, avec notamment des spots télévisés et un budget d’1 million d’euros. Objectif : recruter cette année 8 000 agents, dont 3 300 gardiens de la paix, près de 2 000 adjoints de sécurité, 650 cadets de la République, 1 500 personnels administratifs, techniques et scientifiques, 70 officiers de police et 56 commissaires de police.

Cette campagne intervient alors que la France a été durement touchée, ces dernières années, par plusieurs vagues d’attentats. Après ces attentats, de très nombreux candidats se sont présentés aux concours de la police, dans une réaction de défense patriotique, rappelle la Place Beauvau.

Pousser les indécis

Les nouveaux recrutements permettront d’atteindre l’objectif de création de postes annoncé pour 2018 et de compenser les départs naturels de l’année, a commenté la DGPN, alors que le gouvernement a prévu de créer, conformément à un engagement de campagne d’Emmanuel Macron, 10 000 nouveaux postes de policiers et gendarmes au cours du quinquennat.

Cela fait “dix-huit ans que n’avaient pas été concentrés des moyens aussi importants pour donner envie aux jeunes gens d’entrer dans la police”, a souligné le directeur général de la police nationale (DGPN), Éric Morvan, lors de la présentation de la campagne, le 14 mai, en présence du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb. Celle-ci s’adresse à deux publics : “Ceux qui se disent « Tiens, la police, c’est une idée », mais qui hésitent encore” et “ceux qui ont une image déformée de la police nationale”, a expliqué Éric Morvan. “C’est à la fois la police au quotidien, la lutte contre la cybercriminalité, la police technique et scientifique, les cadres de la police, officiers, commissaires : ce sont tous les métiers de la police nationale qui sont ciblés”, ajoute-t-il.

Renforcer le vivier et relever le niveau

“L’objectif de cette campagne, c’est de susciter un maximum de candidatures parce que plus nous aurons de candidats, plus nous pourrons sélectionner les meilleurs”, a aussi expliqué dans Le Journal du dimanche du 13 mai, Éric Morvan, en réfutant tout crise des vocations. “Tous ceux qui ont été recrutés ont passé la barre, mais c’est vrai que le niveau général des épreuves était moins bon. Notre crainte, c’est d’épuiser notre vivier”, ajoutait-il en rappelant la concurrence avec l’administration pénitentiaire et la gendarmerie. Afin d’élargir la base, un concours interne destiné aux agents de la fonction publique de catégorie C va être également créé en 2019, a aussi annoncé Éric Morvan.

“On a besoin de gens qui ont des compétences de plus en plus aiguisées”, a pour sa part expliqué Philippe Lutz, de la direction centrale du recrutement et de la formation de la police nationale (DCRFPN), lors de la conférence de presse.

Avec AFP