Quantcast

Expérimentation : un projet contesté

26 oct. 2005, PAR Acteurs Publics
  • 01
    MIN
  • 0
Le gouvernement a préparé un dispositif autorisant, à titre expérimental jusqu'en 2011, le prêt de personnel au sein des pôles de compétitivité.
"Auparavant, le prêt de main d'oeuvre était considéré comme un délit pénal. Maintenant, on transforme les délits en mesures favorables à l'emploi"... La CGT n'a pas mâché ses mots après avoir pris connaissance du projet que le gouvernement a soumis aux partenaires sociaux en fin de semaine dernière. Concrètement, le texte prévoit qu'"afin de favoriser le développement ou le maintien des compétences" au sein d'un pôle de compétitivité, les "entreprises, établissements d'enseignement supérieur et organismes de recherche publics ou privés" pourront mettre leurs salariés à disposition d'une autre entreprise ou établissement relevant du même pôle. Le salarié concerné disposera d'un délai de quinze jours ouvrables pour faire connaître sa décision. Un refus de sa part ne pouvant entraîner ni sanction, ni licenciement. Moins dure que la CGT, la CFDT se montre néanmoins très sceptique. "Jusqu'à présent, la loi prévoit la mise à disposition de fonctionnaires dans des buts non lucratifs. Là des fonctionnaires pourront être mis à disposition d'entreprises privées dans un but lucratif", remarque pour sa part FO qui souligne que "cela pose problème, d'autant que rien n'est prévu concernant le remboursement des salaires"...