Quantcast

Dernière salve de recasages avant la passation de pouvoirs

11 mai 2012, PAR Bruno Botella
  • 04
    MIN
  • 0

La période de transition politique n’a pas empêché depuis lundi la nomination de plusieurs collaborateurs de cabinet à des postes importants, dont un préfet et deux promotions à l’inspection générale des Finances.


La transition entre Nicolas Sarkozy et François Hollande a beau être “apaisée” et républicaine, de l’avis des deux camps, elle n’empêche pas les nominations de dernière minute pour des proches de l’exécutif sortant. Depuis lundi 7 mai, lendemain de la victoire de François Hollande, une dizaine de collaborateurs de cabinet a été nommée à des postes importants. Fabienne Chol, amie d’enfance et cheffe de cabinet de la ministre du Budget Valérie Pécresse, va prendre la direction générale de l’Institut national de la consommation. La cheffe adjointe du même cabinet, Audrey Canestrier, est également recasée. Le 7 mai, elle a quitté ses fonctions pour devenir directrice de cabinet du nouveau directeur général de l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle.

Toujours à Bercy, François Baroin, ministre de l’Économie, a accordé une belle promotion à son directeur de cabinet, Didier Banquy. Ce haut fonctionnaire de 59 ans, administrateur civil, issu de la direction du budget, a été nommé inspecteur général des finances (IGF) au tour extérieur. Même coup de pouce pour Marie-Anne Barbat-Layani, directrice adjointe du cabinet de François Fillon à Matignon, administratrice civile passée elle par le Trésor, qui rejoint le corps prestigieux des IGF par décret signé de Nicolas Sarkozy le 8 mai. Le Premier ministre a également recasé cette semaine son conseiller social, Hervé Monange, qui devient directeur général adjoint du Centre d’analyse stratégique (CAS), ex-commissariat au Plan. Cet administrateur du Sénat va assurer par intérim la fonction de numéro un, puisque le directeur général du CAS, Vincent Chriqui, ancien proche conseiller de François Fillon, s’est mis en congé pour faire la campagne des législatives en Isère, où il est candidat.

Sous-préfet au tour extérieur

Parmi les jolis coups de cette période post-présidentielle, le conseiller très politique Jean-Marie Caillaud a été nommé sous-préfet au tour extérieur. Conseiller du ministre du Logement Benoist Apparu, il totalise dix ans en cabinets ministériels, durant lesquels il a travaillé pour Christine Albanel et Nathalie Kosciusko-Morizet. Jean-Marie Caillaud, qui n’appartenait pas la fonction publique, est nommé directeur de cabinet du préfet de la région Limousin, préfet de la Haute-Vienne. Il décroche au passage le second poste de sous-préfet disponible au tour extérieur pour l’année en cours. Le premier poste avait échu au chef adjoint de cabinet du Premier ministre, Grégory Canal, nommé en avril directeur de cabinet du préfet de l’Aisne. Benoist Apparu a également réussi à recaser sa directrice de cabinet, Emmanuelle Gay, ingénieure en chef des Ponts, des eaux et des forêts, qui va prendre, le 1er juin, la tête de la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dréal) de la région Lorraine.

De son côté, le ministre de l’Intérieur Claude Guéant n’a pas hésité à pousser la nomination d’un tout dernier préfet. Son directeur adjoint de cabinet, préfet, Georges-François Leclerc, a été nommé mercredi en Conseil des ministres préfet du Gard. Quant à Henri Zeller, conseiller technique “immigration, intégration et développement solidaire” du ministre de l’Intérieur, il a été nommé secrétaire général de la préfecture du Cher. Le 5 mai, le Journal officiel a publié l’arrêté de nomination, signé le 3 mai, de Sébastien Daziano, 33 ans, conseiller de Claude Guéant, à la tête de la sous-direction des affaires financières à la direction des finances, de la commande publique et de la performance au secrétariat général pour l’administration de la préfecture de police.

Fonctions diplomatiques

À l’Élysée aussi, on s’est arrangé pour que personne ne reste au bord de la route. C’est ainsi que le jeune haut fonctionnaire Simon Babre, en poste à la Présidence comme chef adjoint de cabinet depuis septembre 2010, s’est vu nommé cette semaine sous-préfet d’Istres (Bouches-du-Rhône), où il prendra prochainement ses fonctions.

Le conseiller Éric Tallon va, lui, s’envoler en septembre pour Rome, pour prendre les fonctions de conseiller culturel et de directeur de l’Institut français (lire le Focus du jour). Le vendredi 4 mai, deux jours avant le second tour de la présidentielle, Nicolas Sarkozy avait nommé l’un de ses conseillers de la cellule diplomatique, Damien Loras, ambassadeur en Thaïlande et le mercredi 2 mai, en Conseil des ministres, c’est Camille Pascal, un autre proche collaborateur du Président sortant, qui avait été nommé conseiller d’État au tour extérieur. Enfin, Bruno Le Maire n’a pas oublié son conseiller Nicolas Trift, qui a pris le 9 mai le poste d’adjoint au sous-directeur de l’enseignement supérieur et de la recherche au ministère de l’Agriculture.  

Bruno Botella

Lire aussi :
- Le “mercato” des cabinets ministériels bat son plein
- Les directeurs de cabinet bien traités