Quantcast

Une ministre des expérimentations à l’Éducation

11 juin 2012, PAR Acteurs Publics
  • 03
    MIN
  • 0

Les attributions précises des ministres délégués du gouvernement Ayrault viennent d’être publiées au Journal officiel. Georges Pau-Langevin (photo) est la tête chercheuse de l’Éducation nationale, tandis que Delphine Batho, ministre déléguée auprès de la ministre de la Justice, s’occupe du droit des victimes et de l’exécution des peines.


L’innovatrice de l’Éducation

Les contours du portefeuille de la nouvelle ministre déléguée à la Réussite éducative, George Pau-Langevin, sont enfin connus. Selon son décret d’attributions [cliquez ici pour le lire], elle est une ministre en charge de l’innovation et de l’expérimentation dans l’enseignement et la vie scolaire. Elle prépare les “mesures propres à favoriser la réussite scolaire” et met en œuvre les “actions d’accompagnement éducatif conduites dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires”. Rue de Grenelle, elle sollicitera en premier lieu la direction générale de l’enseignement scolaire (Dgesco), ainsi que le délégué à l’information et à l’orientation.

Le redresseur des comptes publics

Jérôme Cahuzac tient les cordons de la bourse de l’ensemble des administrations publiques. “Il est chargé de l’équilibre de l’ensemble des comptes publics et de la stratégie pluriannuelle en la matière et, notamment, de l’équilibre des comptes sociaux et des mesures de financement de la protection sociale. Il est également associé à l’élaboration et à la mise en œuvre des règles relatives aux finances locales”, stipule le décret d’attributions du ministre délégué au Budget [cliquez ici pour le lire]. En bonne logique, il dispose de la direction du budget, de la direction générale des finances publiques et des douanes, mais aussi de la direction de la Sécurité sociale, de la direction générale de la modernisation de l’État et de la direction générale des collectivités locales.

La première défenseure des victimes

Delphine Batho, ministre déléguée auprès de la garde des Sceaux, sait désormais à quoi s’en tenir quant à ses attributions. Elle “traite les questions relatives à l’aide aux victimes, à l’exécution des peines et des mesures pénales et à la promotion des droits”, d’après un décret publié le 8 juin [cliquez ici pour le lire]. Elle s’appuiera en particulier sur la direction des affaires criminelles, la direction de l’administration pénitentiaire et la direction de la protection judiciaire de la jeunesse.

Le négociateur international de l’aide au développement

Pascal Canfin, ancien député européen EELV, va mettre à profit son expérience des tractations entre pays européens. À lire son décret d’attributions [cliquez ici pour le télécharger], le ministre délégué au Développement “représente le gouvernement [...] dans les instances internationales traitant de questions de coopération internationale et de développement” et “veille à favoriser la cohérence des actions d’aide au développement, notamment en matière de biens publics mondiaux”. Le ministre préside la conférence d’orientation stratégique et de programmation, ainsi que le conseil d’orientation de l’Agence française de développement (AFD).

Le patron des transports

Le décret d’attributions du ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, est l’un des plus fournis [cliquez ici pour le lire]. Il faut dire qu’il s’occupe à la fois de la politique des transports, de l’équipement routier et autoroutier, de la mer et de la pêche maritime. Son périmètre administratif est à l’avenant. Il sollicitera particulièrement le secrétariat général de la mer, la direction générale de l’aviation civile, la direction générale des infrastructures, la direction générale de l’aménagement et la direction des pêches.

Laurent Fargues