Quantcast

Mieux communiquer sur ses métiers aiderait la fonction publique à se diversifier

16 févr. 2017, PAR Bastien Scordia
  • 03
    MIN
  • 0

Fotolia

Si elles entendent se diversifier, l’administration et les écoles de service public doivent rénover en profondeur leur communication sur les métiers de la fonction publique, souligne le conseiller d’État Olivier Rousselle, dans un rapport présenté jeudi 16 février. Les actions communicationnelles des écoles “restent peu coordonnées”, souligne-t-il.


Les métiers de la fonction publique sont “insuffisamment connus et promus, ce qui favorise l’homogénéité des viviers”. C’est le constat du conseiller d’État Olivier Rousselle, dans un rapport sur la diversité dans l’accès aux écoles de service public qu’il a remis jeudi 16 février au Premier ministre, Bernard Cazeneuve.

L’information sur les recrutements dans la fonction publique, soit près de 500 000 cas par an, est “peu lisible”, “insuffisamment pédagogique” et doit être “impérativement améliorée”, souligne Olivier Rousselle, que l’ancien Premier ministre Manuel Valls avait missionné en février 2016. Les initiatives en faveur de la diversité “n’appellent pas forcément à communiquer davantage” mais à “communiquer différemment, d’une façon moins cryptée et qui favoriserait donc moins les insiders”, précise-t-il.

Information disponible mais inaccessible

L’occasion pour le conseiller d’État de prendre pour exemple la Bourse interministérielle de l’emploi public (BIEP) ou encore le site Internet des concours et recrutements de l’État, intitulé Score. Ce dernier “ne présente qu’une liste des concours ouverts, très utile pour ceux qui savent exactement quels concours les intéressent, mais tout à fait inaccessible pour des personnes plus éloignées du monde de la fonction publique et pour lesquelles les intitulés des concours n’éclairent pas sur la réalité des métiers exercés”, ajoute le rapport [cliquez ici pour accéder au rapport et ici pour consulter notre article sur le sujet ].

La seule disponibilité de l’information “ne suffit pas”, tempère le conseiller d’État, qui juge “essentiel” de l’apporter aux publics visés dans des conditions permettant “de lutter contre l’autocensure”. Dans ce sens, la mission pilotée par Olivier Rousselle avait inspiré un amendement au projet de loi sur l’égalité et la citoyenneté. Votée et introduite dans la loi, promulguée le 28 janvier dernier, cette mesure consiste à inclure dans les prérogatives des bureaux universitaires d’insertion professionnelle des étudiants l’information sur les métiers existant dans la fonction publique ou encore d’accompagner les étudiants dans l’identification et la préparation des voies d’accès à la fonction publique. “Ce qui avait été largement oublié”, précise le groupe de travail.

Manque de coordination des écoles

La refonde “en profondeur” de la stratégie de communication, telle qu’elle est préconisée par la mission Rousselle, ne saurait néanmoins se limiter à la seule administration. L’attention à la diversité “gagnerait à s’inscrire dans un cadre partenarial” entre les écoles de service public, souligne le rapport.

Même si ces dernières se sont engagées dans des démarches de communication externe, au travers de journées portes ouvertes ou par leur présence sur des salons d’orientation notamment, l’information “se fait assez largement séparément, école par école”, pointe le groupe de travail, “alors qu’une approche davantage mutualisée permettrait d’accroître l’efficacité de ces interventions”.  

Dans leur approche de la diversification de leurs viviers de recrutement, les écoles de service public sont donc appelées par la mission à mutualiser leurs actions de communication, qui restent “peu coordonnées”. Elles pourraient ainsi, dans leurs actions extérieures, “parler au nom d’autres écoles”, précise le rapport. Et ce dans une logique de “regroupement” qui pourrait se faire par domaines de service public, par métiers ou par catégories d’emplois.

Des partenariats de promotion pourraient, en outre, être noués avec des associations œuvrant en faveur de l’égalité des chances, préconise la mission Rousselle.