Quantcast

Diplomatie et écologie font les frais du premier budget Trump

17 mars 2017, PAR Acteurs Publics
  • 03
    MIN
  • 0

Alex Brandon/AP/SIPA

Le projet de budget présenté jeudi 16 mars aux États-Unis prévoit une baisse de 28 % des ressources du département d’État et de 31 % des fonds alloués à l’Agence de protection de l’environnement (EPA). Le budget de la défense bondit, lui, de 10 %.


Le Président américain reste fidèle à sa ligne. Donald Trump a proposé, jeudi 16 mars, dans son premier budget, une baisse drastique des ressources allouées à la diplomatie et au climat pour compenser une hausse spectaculaire de dépenses de défense. Ce budget n’a que très peu de chances d’être adopté en l’état par le Congrès, mais décline en chiffres le programme du nouveau Président des Etats-Unis, qui se résume en un slogan : “l’Amérique d’abord”.

La hausse de 54 milliards de dollars prévue pour la défense (près de 10 %) et les dépenses allouées à la sécurisation de la frontière avec le Mexique s’accompagneront d’une baisse marquée des ressources de la plupart des autres ministères et agences fédérales.

À 3,3 % du produit intérieur brut (PIB), soit près de 600 milliards de dollars, les dépenses militaires américaines restent à ce jour, de loin, les plus importantes du monde : elles sont près de trois fois supérieures à celles de la Chine, deuxième puissance militaire mondiale.

Contribution à l’ONU réduite

Le budget prévoit une baisse de 28 % des ressources du département d’État, en charge de la diplomatie de la première puissance mondiale. La Maison Blanche assure que la réduction portera essentiellement sur l’aide internationale et que “les fonctions diplomatiques essentielles” du département d’État, qui compte quelque 70 000 employés et 250 ambassades et consulats, ne seront pas remises en cause.
Selon le document, la contribution des États-Unis aux Nations unies “serait réduite”.  

Le projet de budget table aussi sur une réduction spectaculaire – de 31 % – des fonds alloués à l’Agence de protection de l’environnement (EPA), en pointe dans la lutte contre le changement climatique. Donald Trump propose d’amputer le budget de cette agence de 2,6 milliards de dollars, en particulier en supprimant quelque 3 200 postes, soit environ un cinquième du total. Il suggère par ailleurs de mettre fin à la participation américaine au Fonds vert de l’ONU pour le climat (Green Climate Fund).

Longue bataille avec le Congrès

Selon ce projet de budget, le financement de nombre de programmes fédéraux, tels que le Fonds national pour les arts (National Endowment for the Arts), serait purement et simplement supprimé. Le budget des centres nationaux de santé, la plus grosse institution gouvernementale en charge de la recherche médicale, subirait quant à lui une baisse de 5,8 milliards de dollars.

Le document budgétaire mentionne aussi les premiers chiffres pour la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique destiné à freiner l’afflux de clandestins. Une somme de 2,6 milliards de dollars est prévue pour le budget 2018.

La publication du document ne marque cependant que le début d’une longue bataille avec le Congrès car c’est ce dernier, et non la Maison Blanche, qui tient les cordons de la bourse. Or si les deux chambres sont contrôlées par les Républicains, la majorité et le Président ne sont pas, loin s’en faut, à l’unisson.

(avec AFP)