Quantcast

Sondage exclusif : percée de Mélenchon chez les fonctionnaires, Macron toujours en tête

11 avr. 2017
  • 04
    MIN
  • 0

ALLILI MOURAD/SIPA

Le candidat de La France insoumise gagne 4 points à 18 % et se hisse sur le podium, selon la quatrième et dernière vague du baromètre Ifop-Acteurs publics sur les intentions de vote des fonctionnaires. Emmanuel Macron confirme sa première place à 27 % (- 3 points) et devance Marine Le Pen à 23 % (- 1 point).  


La quatrième vague du suivi barométrique Ifop pour Acteurs publics et Radio classique du comportement électoral des agents de la fonction publique est marquée par une certaine érosion du socle électoral d’Emmanuel Macron, après qu’il a atteint son apogée, et par le croisement des courbes d’intentions de vote en faveur de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon.

Les agents de la fonction publique peinent à se mobiliser dans cette campagne présidentielle. Sensibilisés davantage à la chose publique en raison des fonctions qu’ils occupent, les agents ne se démarquent pourtant pas du reste de la population française s’agissant de la participation électorale. Ainsi, 67 % d’entre eux déclarent aujourd’hui qu’ils devraient prendre part au premier tour de l’élection présidentielle, soit un résultat similaire à celui observé lors de la vague précédente (+ 1) et proche de la moyenne nationale (qui est inférieure de 2 points).

Autrefois prescripteurs en termes de participation électorale, les agents de la fonction publique voient leur indice stagner ou progresser très légèrement, contrairement à l’ensemble des Français, dont la mobilisation semble de plus en plus forte à mesure que le scrutin approche. Emmanuel Macron recule mais reste en tête des intentions de vote des agents de la fonction publique. Malgré une baisse de 3 points par rapport à la vague précédente, il continue de dominer les intentions de vote de premier tour (27 %).

Bénéficiant d’un « survote » parmi les agents appartenant à la catégorie A (33 %) et dans l’agglomération parisienne (37 %), le leader d’En marche ! devance de 4 points Marine Le Pen (23 %, - 1) et désormais Jean-Luc Mélenchon (18 %, + 4).

Le candidat de La France insoumise confirme auprès des agents de la fonction publique la dynamique qui lui est favorable : en progression de 4 points, il vient directement concurrencer Benoît Hamon dans un segment qui faisait partie de ses atouts. Jean-Luc Mélenchon est notamment porté par des percées significatives parmi les agents de la fonction publique territoriale (20 %, + 8) et de la fonction publique territoriale (19 %, + 6).

À un niveau en-dessous, François Fillon progresse d’un point (9 %), mais est toujours lesté par son programme visant notamment la réduction drastique du nombre de fonctionnaires en France.

L’indécision caractérise toujours une proportion importante d’agents de la fonction publique, 62 % d’entre eux déclarant être sûrs de leur choix, soit un score tout de même en hausse de 2 points par rapport à la vague précédente. L’approche du premier tour de l’élection présidentielle permet certes de consolider les intentions de vote, mais les fonctionnaires demeurent à un niveau en-dessous de la moyenne observée auprès de l’ensemble de l’électorat se déclarant sûr de son choix (laquelle s’établit à 69 %).

Les électorats de Benoît Hamon (56 % de réponses “sûr de son choix”, + 3) et d’Emmanuel Macron (56 %, + 4) apparaissent alors comme les moins sûrs de leur vote, malgré des progressions, à un niveau légèrement en-dessous de ceux de Jean-Luc Mélenchon (60 %, stable) et de François Fillon (64 %, + 6). Celui de Marine Le Pen semble quant à lui le plus assuré (79 %, stable), dans la continuité des résultats observés à chaque vague de ce baromètre.

Esteban Pratviel, chef de groupe au département “Opinion et stratégies d’entreprises” de l’Ifop

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 923 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 958 personnes, représentatif de la population des agents de la fonction publique. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, versant et statut) après stratification par région. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 24 mars au 6 avril 2017.