Quantcast

Le dégel de crédits ou le cadeau en trompe-l’œil de la ministre des Armées

24 juil. 2017, PAR Bastien Scordia
  • 02
    MIN
  • 0

La ministre des Armées, Florence Parly - VILLARD/SIPA

Pour apaiser les esprits au sein de la défense, la ministre des Armées a annoncé, dimanche 23 juillet, le dégel de 1,2 milliard d'euros de crédits sur les 1,9 milliard d'euros bloqués par le ministère en 2017. Mais les 850 millions d'annulation de crédits à l'origine du départ du chef d’état-major des armées sont eux maintenus. « On survend quelque chose d'habituel » indique le député LR François Cornut-Gentille.


Florence Parly veut apaiser les tensions au sein de la Grande Muette grâce à ce qui ressemble à un tour de passe-passe budgétaire. Dans un entretien au Journal du Dimanche, dimanche 23 juillet, la ministre des Armées a annoncé le dégel de 1,2 milliard d'euros de crédits pour la défense sur les 1,9 milliard d’euros bloqués pour 2017.

« Je veux répondre aux préoccupations légitimes de ceux qui risquent leur vie et à qui nous devons une protection de qualité » a-t-elle affirmé tout en indiquant que les 1,2 milliard d'euros en question seront restitués « dès ce mois-ci ».

Annulation de 850 millions maintenue

Cette annonce ne remet néanmoins pas en cause les annulations de 850 millions d'euros de crédits pour 2017, annoncées le 11 juillet dernier et à l'origine de la retentissante démission du chef d'état-major des armées, Pierre de Villiers, mercredi 19 juillet [cliquez ici pour consulter notre article sur le sujet : État-major des armées : première crise du quinquennat].

Prélevés sur le budget interministériel destiné à financer les opérations extérieures, ces 850 millions d'euros seront en effet bel et bien annulés cette année. Néanmoins, ces annulations n'auront « pas d'impact sur le fonctionnement des armées en 2017, notamment pour les militaires en opération, a ajouté la ministre. C'est donc sur les grands programmes d'équipement que les ajustements seront faits par lissage ».

Un « non-événement »

Quant au déblocage de 1,2 milliard d'euros, ceux-ci devraient donner plus de visibilité au ministère et à la direction générale de l'armement (DGA) notamment dans la gestion de leur trésorerie et le paiement des factures.

Ce montant aurait de toute manière été débloqué au 31 décembre prochain. Les ministères mettent, en effet, chaque année, en réserve des sommes destinées à supporter les dépenses non prévues. Dans le budget 2017 de la défense, 1,9 milliard d'euros avaient été bloqués. 1,2 milliard ont donc d'ores et déjà été dégelés. Le reste devrait suivre d'ici la fin de l'année.

L'annonce de la ministre des Armées est un « non-événement » relève François Cornut-Gentille, député Les Républicains et rapporteur spécial de mission « Défense » à la commission des finances de l'Assemblée nationale. Des déblocages de ce type « ont été réalisés au cours des cinq dernières années sans que le ministre fasse un communiqué ou une interview, on survend quelque chose d'habituel » ajoute le parlementaire.