Quantcast

Un casting chic et choc d’experts pour accompagner la réforme de l’État

16 oct. 2017, PAR Sylvain Henry
  • 05
    MIN
  • 0

Vendredi 13 octobre à Matignon, Édouard Philippe lance le programme et le comité Action publique 2022. - © S.H.

Le premier ministre, Édouard Philippe, a lancé, le 13 octobre, un “Comité action publique 2022” de 34 experts qui accompagneront la transformation du service public voulue par l’exécutif. Économistes, personnalités des secteurs public et privé et élus doivent rendre leurs propositions de réformes en mars. Le détail du casting.


“Partez où vous voulez, explorez toutes les pistes : vous avez carte blanche !” C’est ce qu’a lancé le Premier ministre, Édouard Philippe, vendredi soir 13 octobre à Matignon, aux membres du “Comité action publique 2022”, ou “CAP22”, officiellement créé. Un comité de 34 experts aux profils divers – économistes, hauts fonctionnaires, élus… – chargé d’accompagner le programme de transformation de l’administration “Action publique 2022” en parallèle, notamment, de l’action menée par les deux entités administratives qui porteront quotidiennement la réforme de l’État : la direction interministérielle de la transformation publique et la direction interministérielle du numérique et des systèmes d’information et de communication de l’État (lire notre article). 

L’objectif : “mener une profonde revue des missions et dépenses de l’ensemble des administrations publiques autour d’une vingtaine de champs prioritaires”, précise Matignon. Le Comité remettra son rapport en mars prochain. “Faites preuve d’innovation et d’audace, a insisté Édouard Philippe le 13 octobre, réfléchissez à de possibles transferts de compétences, évaluez les doublons, voire les triplons…”

Une douzaine d'énarques

Qui sont ces 34 experts ? D’abord trois présidents : l’ancienne secrétaire générale de la ville de Paris et ancienne directrice du cabinet de Manuel Valls à Matignon, Véronique Bédague-Hamilius, le patron de Sciences Po Paris, Frédéric Mion, et le président du conseil d’administration de Safran, Ross McInnes. 

Parmi les 31 autres personnalités, figurent une douzaine d’énarques ayant assumé les plus hautes responsabilités dans les arcanes de l’administration : l’ancien directeur du budget Philippe Josse, la préfète et ancienne DRH de la police nationale Michèle Kirry, l’ancien secrétaire général de la justice Emmanuel Rébeillé-Borgella, le directeur général de l’assurance maladie, Nicolas Revel, l’ancien président de France Télévisions Marc Tessier… L’ancienne secrétaire d’État à la Réforme de l’État Clotilde Valter est également de ceux-là. 

Artisans du programme d'Emmanuel Macron 

L’économiste et maître d’œuvre du programme présidentiel du candidat Emmanuel Macron, Jean Pisani-Ferry, figure dans le comité. L’ancien commissaire général de France Stratégie sollicitera peut-être l’expertise de cette institution, vigoureusement critiquée cette semaine par l’entourage d'Édouard Philippe, et qui doit venir en appui aux deux administrations à la manœuvre sur la réforme de l’État. Un autre artisan du programme présidentiel siégera : le directeur de l’Institut Montaigne, Laurent Bigorgne. On relève également la présence de l’éminent économiste Philippe Aghion, lui aussi proche d’Emmanuel Macron.

Quelques élus – PS, LR et LREM – sont dans la liste : le président PS de la métropole de Rouen Normandie, Frédéric Sanchez ; le secrétaire général de l’Association des maires de France et président du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale, Philippe Laurent ; le président PS de la région Centre-Val de Loire, François Bonneau. 

Et puis des figures du privé, tel Jean-François Cirelli, ancien P.-D.G. de Gaz de France. À noter également la participation de l’ancien chef du gouvernement italien Enrico Letta, doyen de la Paris School of International Affairs de Sciences Po, et du haut fonctionnaire suédois Per Molander. 

Aucun représentant d’organisations syndicales. “Les syndicats sont associés à la réforme via une grande consultation des agents publics”, a justifié le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin. 

Un casting travaillé et, sur le papier, plutôt attractif quoiqu'un chouïa conformiste. Difficile d’imaginer, toutefois, que ces 34 personnalités aux agendas chargés disposeront de beaucoup de temps d’ici le mois de mars pour franchement repenser en détail la réforme de l’État. 

La composition du “Comité action publique 2022”
Trois présidents : l’ancienne directrice de cabinet de Manuel Valls à Matignon Véronique Bédague-Hamilius ; le directeur de Sciences Po Paris, Frédéric Mion ; le président du conseil d’administration de Safran, Ross McInnes 
Philippe Aghion, économiste
Sabine Baietto-Beysson, inspectrice générale de l’administration du développement durable
Laurent Bigorgne, directeur de l’Institut Montaigne
François Bonneau, président de la région Centre-Val de Loire
Stéphane Brimont, président France et Benelux de Macquarie
Jean-René Cazeneuve, député du Gers (LREM)
Jean-François Cirelli, président de BlackRock France
Anne Courrèges, directrice générale de l’Agence de la biomédecine 
Axel Dauchez, fondateur de Make.org
Paul Duan, entrepreneur social
Cécile Fontaine, conseillère-maître à la Cour des comptes
Stéphanie Goujon, directrice générale de l’Agence pour le Don en nature
Guillaume Hannezo, banquier d’investissement
Philippe Josse, ancien directeur du budget
Michèle Kirry, préfète
Philippe Laurent, secrétaire général de l’Association des maires de France, maire centriste de Sceaux, spécialiste de la gestion RH du secteur public
Christine Lavarde, sénatrice des Hauts-de-Seine (LR)
Ludovic Le Moan, entrepreneur
Mathilde Lemoine, économiste
Enrico Letta, ancien chef du gouvernement italien
Roch-Olivier Maistre, conseiller maître et président de section à la Cour des comptes
Pascal Martin, colonel de sapeurs-pompiers
Per Molander, haut fonctionnaire suédois
Jean Pisani-Ferry, ancien commissaire général de France Stratégie
Emmanuel Rébeillé-Borgella, ancien secrétaire général du ministère de la Justice
Jean-Robert Reibmeister, contrôleur général des armées
Nicolas Revel, patron de la CNAMTS
Frédéric Sanchez, président PS de Rouen Normandie
Marc Tessier, ancien président de France Télévisions
Annie Thomas, secrétaire générale du site Les Clés du social
Clotilde Valter, ancienne secrétaire d’État à la Réforme de l’État