Quantcast

La réforme silencieuse des cabinets ministériels

30 oct. 2017, PAR Bruno Botella
  • 02
    MIN
  • 0

 La réduction par décret de la taille des cabinets a fait fondre de moitié le nombre de collaborateurs des ministres.


Ce n’est pas la réforme la plus visible de la Présidence Macron, mais l’Élysée œuvre sans relâche à un changement radical de gouvernance au sommet. Alors que le constat était acté depuis des lustres – des cabinets ministériels qui font écran entre le ministre et son administration, des directeurs d’administration centrale (DAC) déresponsabilisés, parfois humiliés –, la révolution est enfin en marche. La réduction par décret de la taille des cabinets a fait fondre de moitié le nombre de collaborateurs des ministres. Cette réforme brutale a d’abord mis sous tension les conseillers, habitués au fonctionnement d’avant, car ils ont cru devoir assumer la même charge de travail avec moins de monde. Puis, après avoir tenté de faire fléchir le Président, les ministres et leurs équipes épuisées ont compris qu’il fallait faire différemment et donc s’appuyer sur les directeurs et les secrétaires généraux. Cela tombe bien, c’était le but ! « Je souhaite qu’une relation de confiance s’établisse entre les ministres et leurs principaux collaborateurs, que sont les directeurs d’administration centrale », avait martelé le candidat Emmanuel Macron dans une interview à Acteurs publics publiée le 13 avril. Des propos réaffirmés dès le premier Conseil des ministres, signe de la détermination du chef de l’État à faire bouger les lignes. Cette réforme, cohérente avec l’instauration d’un spoils system à peine amorcé, ne sera complète que lorsque le profil des conseillers, et notamment des directeurs de cabinet, aura aussi évolué. Notre enquête (lire ici) montre que si la route semble droite, la pente est forte…