Quantcast

Madrid alerte de nouveau sur les risques de récession en Catalogne

7 nov. 2017, PAR Acteurs Publics
  • 02
    MIN
  • 0

Caixabank va déménager son siège social de Barcelone à Valence. - © Enric Fontcuberta/EFE/SIPA

Le gouvernement espagnol met régulièrement en garde contre l’impact économique de la crise politique catalane, alors que plus de 2 000 entreprises ont transféré leur siège social hors de la région.


Le gouvernement espagnol a de nouveau mis en garde contre les “conséquences économiques” de la crise en Catalogne, alors que l’incarcération de 8 ministres catalans destitués a réactivé des manifestations indépendantistes.

“Avec les élections prévues le 21 décembre, le gouvernement espère rétablir la stabilité (…) en Catalogne, en particulier pour éviter des conséquences économiques très préjudiciables pour cette région”, a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement conservateur, Inigo Mendez de Vigo, à l’issue du Conseil des ministres, vendredi 2 novembre. Sur le tourisme, qui représente 12 % du PIB de la Catalogne, l’impact des événements consécutifs au référendum d’autodétermination interdit du 1er octobre est “très notable”, a-t-il affirmé.

Le taux d’occupation des hôtels de Barcelone était de 83 % pendant la dernière semaine d’octobre et 67 % des hôteliers affirment avoir baissé leurs prix pour compenser cette baisse, selon une enquête réalisée par le gouvernement. En octobre, la Catalogne est aussi la région espagnole dans laquelle le nombre de chômeurs a le plus augmenté (+ 14 700), a par ailleurs souligné le porte-parole du gouvernement.

Région la plus riche d’Espagne

Si le phénomène est habituel en Catalogne, “cette année, la tendance est plus accentuée”, a indiqué dans un communiqué le syndicat Pimec, première organisation patronale des PME catalanes.

Le gouvernement espagnol met régulièrement en garde contre l’impact économique de la crise politique catalane, alors que plus de 2 000 entreprises ont transféré leur siège social hors de la région, selon le dernier décompte du registre du commerce.

Madrid a ainsi abaissé son objectif de croissance pour 2018 à 2,3 %, contre 2,6 % espérés auparavant. La Banque d’Espagne maintient pour l’instant sa prévision à 2,5 %, mais a averti du risque de “récession” en Catalogne d’ici 2019 en cas de crise politique “sévère et prolongée”. La Catalogne, qui représentait 19 % du PIB espagnol en 2016, est au coude-à-coude avec Madrid (18,9 %) pour le titre de région la plus riche du pays.

(avec AFP)