Quantcast

L'ex-ministre Matthias Fekl en partance pour le privé

16 nov. 2017, PAR Wassinia Zirar
  • 02
    MIN
  • 0


Premier conseiller du corps des tribunaux administratifs et des cours administratives d’appel, affecté au tribunal administratif de Montreuil depuis octobre dernier, Matthias Fekl, ex-ministre de l’Intérieur de François Hollande, va rejoindre le département en charge du droit public du cabinet d’avocats KGA comme avocat associé, et ce “au début de l’année 2018”, a précisé le cabinet d’avocats à Acteurs publics.

Avant de devenir le plus jeune ministre de l’Intérieur – fonctions qu’il a occupées entre mars et mai derniers – en remplacement de Bruno Le Roux, démissionnaire, Matthias Fekl avait auparavant intégré le gouvernement au gré d’une autre démission : celle de Thomas Thévenoud. Il l’avait alors remplacé comme secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger, le 4 septembre 2014.

Avant cela, Matthias Fekl avait été élu député socialiste du Lot-et-Garonne en 2012, un mandat qu’il a conservé jusqu’à sa nomination au gouvernement en 2014. Candidat socialiste dans la même circonscription en juin dernier, Matthias Fekl avait été éliminé dès le premier tour. Il est arrivé troisième derrière le candidat de La République en marche (LREM), Alexandre Freschi – qui a été élu le 18 juin –, et la représentante du Front national, Hélène Laporte.

Sur le plan local, il a également été adjoint au maire de Marmande (Lot-et-Garonne), en charge des finances, de 2008 à 2012 et vice-président de la région Aquitaine chargé du développement économique, de l’emploi et des entreprises (2010-2012).

Normalien, diplômé de Sciences Po Paris et énarque (2005, promotion Romain Gary), Matthias Fekl est affecté dans le corps des conseillers des tribunaux administratifs et des cours administratives d’appel à sa sortie de l’ENA, en 2005, et entre au tribunal administratif de Paris, où il va évoluer jusqu’en 2010. Placé en disponibilité, il devient le directeur de cabinet du président du groupe parlementaire socialiste au Sénat Jean-Pierre Bel en 2010-2011, puis son conseiller à la présidence du Palais du Luxembourg, l’année suivante (2011-2012).