Quantcast

Les régions veulent piloter l’orientation avec les branches professionnelles

7 déc. 2017, PAR Acteurs Publics
  • 03
    MIN
  • 0

Apprentissage au brevet professionnel charpente au Mans (Sarthe), novembre 2016 - GILE MICHEL/SIPA

Alors que le gouvernement envisagerait de confier l’apprentissage aux branches professionnelles, les régions rejettent cette hypothèse et plaident pour un pilotage conjoint de l’orientation, actuellement dans le champ de l’éducation nationale.


Le bras de fer se poursuit entre le gouvernement et les régions sur l’apprentissage. Hervé Morin, récemment élu président de Régions de France, a déclaré, mercredi 6 décembre à l’AFP, qu’il souhaitait que les conseils régionaux et les branches professionnelles participent “à l’orientation des jeunes” en matière d’apprentissage.

Le 3 novembre dernier, l’association avait adressé une lettre au Premier ministre, Édouard Philippe, dans laquelle les régions exhortaient le chef du gouvernement à les maintenir au cœur du dispositif de l’apprentissage. “Comme vous le savez, l’apprentissage est une compétence structurante des conseils régionaux, aussi bien par son lien étroit avec l’ensemble de leurs autres compétences que par les moyens financiers qu’ils y consacrent”, affirmaient les présidents de région dans ce courrier.

Échange rugueux

Parmi les signataires, figurait Hervé Morin, devenu depuis président de Régions de France. “Le gouvernement se trompe sur les solutions”, a-t-il estimé, alors que la réforme de l’apprentissage est en préparation et doit aboutir d’ici le printemps.  

Celui qui est par ailleurs à la tête de la région Normandie va plus loin et plaide pour que les régions et les branches professionnelles participent “à l’orientation des jeunes”, un domaine actuellement du ressort de l’éducation nationale. “On dit au gouvernement : transférez-nous l’orientation, que les enfants ne croient pas que l’industrie c’est Germinal”, déclare Hervé Morin.

Ce dernier n’a pas caché avoir eu un “échange rugueux avec le Medef” sur le sujet de l’apprentissage en général. “Il y a des petites branches professionnelles qui sont incapables d’organiser tout ça”, selon lui. “Oui, il faut intégrer plus le monde de l’économie, mais derrière, il faut avoir une vision stratégique que seule une collectivité peut avoir”, a-t-il encore prôné.

Compétences à compléter

Lors d’une conférence de presse, mercredi 8 novembre, le président délégué de Régions de France, François Bonneau, avait présenté 18 “réformes pour relever les défis de la société des compétences et de la bataille pour l’emploi”. Une série de propositions qui appellent notamment à renforcer le pilotage régional des politiques publiques de l’emploi. “Les compétences des régions que la réforme en cours doit conforter et dynamiser doivent être complétées si nous voulons parvenir à la mise en œuvre d’une chaîne robuste et cohérente conduisant de la qualité de la formation au développement des entreprises”, soulignait alors l’association d’élus.

La réforme voulue par les régions préconise notamment de confier à ces dernières l’organisation de la totalité de l’offre de formation professionnelle initiale dans les voies technologiques “pour renforcer la cohérence de l’offre de formation sur les territoires vis-à-vis des jeunes et vis-à-vis des entreprises”.

(avec AFP)