Quantcast

Un député LREM et un chef d'entreprise chargés de réfléchir à l’Agence des travaux d’intérêt général

19 déc. 2017, PAR Shahinez Benabed
  • 03
    MIN
  • 0

Jean-Luc Hauser cc by SA Wikimedia

La future structure sera chargée de développer et “d’encadrer les travaux d’intérêt général” (TIG), selon le Président de la République Emmanuel Macron, afin de lutter contre la surpopulation dans les prisons.


Dans la droite ligne de la volonté du Président Emmanuel Macron de créer une “Agence des travaux d’intérêt général”, le député LREM de Côte-d’Or Didier Paris a été chargé d’une mission temporaire ayant pour objet la préfiguration de ladite agence. Il sera accompagné dans son travail par David Layani, président et fondateur du groupe Onepoint, spécialisé dans le conseil et les services numérique.

Pour mémoire, selon les propos formulés par le chef de l’État en octobre dernier devant la Cour européenne des droits de l’Homme à Strasbourg, cette future structure, dont la date éventuelle de création n’est pas encore connue, sera chargée de développer et “d’encadrer les travaux d’intérêt général” (TIG), afin de lutter contre la surpopulation dans les prisons. Rappelons qu’aujourd’hui, les TIG ne constituent que 7 % des peines prononcées.

Dans ce cadre, la mission temporaire confiée à Didier Paris et David Layani devra permettre de voir “de quelle manière” il sera possible de “structurer cette agence”, toujours selon les mots d’Emmanuel Macron en octobre.

Âgé de 63 ans, Didier Paris (photo) est titulaire d’un DEA de droit public et d’un DEA de sociologie. Ce magistrat en disponibilité, juge suppléant à la Cour de justice de la République depuis novembre dernier, débute notamment sa carrière en tant qu’enseignant en 1980. Juriste d’entreprise à compter de 1982, il est ensuite nommé juge d’instruction au tribunal de grande instance de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie). Un poste qu’il occupe de 1984 à 1993, avant de devenir sous-préfet de Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), jusqu’en 1995.

Passé, entre 1995 et 1997, directeur du cabinet du préfet du Val-d’Oise de l’époque, Philippe Deslandes, il rejoint la Côte-d’Or pour occuper la fonction de sous-préfet de Beaune jusqu’en 2000. Didier Paris a aussi été un temps, entre 2000 et 2002, directeur, puis directeur adjoint de cabinet de François Patriat (successivement secrétaire d’État aux PME, au Commerce, à l’Artisanat et à la Consommation et ministre de l’Agriculture et de la Pêche), et chargé de mission auprès du ministre de l’Économie (Laurent Fabius).

Conseiller à la cour d’appel de Lyon (2002-2004), puis directeur général des services du conseil régional de Bourgogne jusqu’en 2009, il intègre, à cette dernière date et jusqu’en mai dernier, l’entreprise Saur. Au sein de ce groupe spécialisé dans la gestion de l’eau, il évolue à plusieurs postes à responsabilités, notamment en tant que directeur général de la région Centre-Est pour l’eau et l’assainissement, directeur des affaires publiques, directeur de la communication et responsable “éthique et déontologie”.

David Layani, pour sa part, est né en 1979. Ingénieur d'affaires entre 1999 et 2001, il créé Onepoint Onepoint à l'âge de 22 ans, en 2002, "sur l’idée que le numérique est un levier essentiel de la transformation des entreprises", indique David Layani sur son blog. Le groupe, qui s'est, depuis, développé à l'international, compte aujourd'hui près de 2 000 collaborateurs.