Quantcast

L’Unité de coordination de la lutte antiterroriste change de chef

6 févr. 2018, PAR Shahinez Benabed
  • 02
    MIN
  • 0

En remplacement de Loïc Garnier, qui occupait la fonction depuis 2009, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a nommé, par un arrêté publié ce 6 février, le commissaire général de police Amin Boutaghane contrôleur général des services actifs de la police nationale et chef de l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat) à compter du 12 février.

Rappelons que l’Uclat, créée en 1984, assure, sous l’autorité du directeur général de la police nationale, la coordination opérationnelle de la lutte antiterroriste. Sa mission principale est d’actualiser en permanence l’état de la menace terroriste pour aider le ministre de l’Intérieur à adapter le niveau de sécurité nationale.  Une réflexion est actuellement menée au ministère de l’Intérieur sur la fusion de cette unité avec l’état-major opérationnel de prévention du terrorisme (Emopt), chargé, lui, “de piloter la totalité du dispositif de détection et de suivi”.

Plusieurs années aux RG

Jusque-là chef du service départemental du renseignement territorial à Lyon, ville dont Gérard Collomb fut maire, Amin Boutaghane a passé plusieurs années au sein des services de renseignement. Il a ainsi dirigé les ex-renseignements généraux (RG) dans le Gers (1992-1997) et dans les Pyrénées-Orientales (1997-2003), avant de prendre la direction départementale du renseignement intérieur dans l’Isère, où il est resté neuf ans. De 2012 à 2015, à Rennes, Amin Boutaghane a aussi été à la tête du service du renseignement territorial Ouest avant de partir à Lyon.

Chevalier de la légion d’honneur, le nouveau chef de l’Uclat fut aussi membre, à partir de 1999, du Haut Conseil à l’intégration, une instance qui avait pour mission, jusqu’en 2013, de faire des propositions au gouvernement sur l’ensemble des questions d’intégration.

 

Avec AFP