Quantcast

Un groupe d’études “littoral” lancé à l’Assemblée nationale

5 mars 2018, PAR Emilie Coste
  • 02
    MIN
  • 0

Anthonyboss by wikimedia


À l’Assemblée nationale, le groupe d’études chargé de réfléchir sur les questions liées au littoral a désormais deux coprésidents, à savoir : le député LREM des Landes Lionel Causse et le Républicain d’Ille-et-Vilaine Gilles Lurton.

Interrogé par Acteurs publics, Lionel Causse explique que ce groupe, dont la réunion constitutive aura lieu mi-mars, a pour vocation de réfléchir sur “tous les sujets touchant aux questions d’environnement, de tourisme, d’habitat, d’économie ou d’agriculture” liés au littoral françaisParmi ces champs de réflexion, le recul du trait de côte, qui concerne aujourd’hui 22 % du littoral métropolitain, sera un objet central de leur étude, explique-t-il également.

Le député souhaite en effet proposer de se pencher sur “l’intégration d’une stratégie locale identifiée à travers la création de plans locaux d’urbanisme intercommunaux (PLUI) des littoraux” et offrir ainsi aux élus locaux des outils juridiques et financiers pour anticiper l’érosion à l’œuvre, qui engendre l’effondrement et la submersion de certains pans du littoral français. Un littoral qui devrait accueillir 4 millions d’habitants supplémentaires d’ici 2040.

Lionel Causse (photo), 46 ans, est député des Landes depuis 2017. Il a été, de 2008 à 2015, conseiller général (PS) des Landes et président de la commission de l’environnement de ce même conseil général. De 2014 jusqu’à son élection à l’Assemblée nationale, il était également maire (DVG) de Saint-Martin-de-Seignanx, dans les Landes.

Gilles Lurton, 54 ans, est député d’Ille-et-Vilaine depuis 2012. Cadre supérieur du secteur privé de profession, il a entre autres été, de 1988 à 2012, attaché parlementaire de René Couanau, alors député (non inscrit) d’Ille-et-Vilaine puis, à partir de 1995, conseiller municipal de Saint-Malo. Il a en outre été adjoint à la mairie de cette même ville, chargé de la voirie, de l’éclairage public et de la mise en place d’un plan vélo, de 2008 à 2014.