Quantcast

La formation au dialogue social s’impose peu à peu

8 mars 2018, PAR Bastien Scordia
  • 03
    MIN
  • 0

Fotolia

Selon les résultats d’une enquête de l’association Réalités du dialogue social, dévoilés le 8 mars, l’enjeu de la formation au dialogue social dans la fonction publique est pris en compte de “façon inégale”. Sur les 27 écoles de service public interrogées, 4 ne proposent pas de formation dans ce domaine.


Le constat est unanime. Employeurs publics comme organisations syndicales, tous jugent nécessaire la formation au dialogue social dans la fonction publique. C’est l’enseignement qui ressort d’une enquête dévoilée lors d’un colloque de l’association Réalités du dialogue social (RDS), jeudi 8 mars. Son étude est basée sur les remontées de 8 fédérations de fonctionnaires, de 3 représentants des employeurs publics (Assemblée des départements de France, Fédération hospitalière de France et direction générale de l’administration et de la fonction publique) et de 27 des 39 écoles du Réseau des écoles de service public (Resp).

Si la prise de conscience des besoins en formation à ce dialogue social “est réelle, souligne l’association, il reste néanmoins du chemin à parcourir pour généraliser cet enseignement, pour répondre aux besoins des acteurs et à l’esprit de la loi du 5 juillet 2010 relative à la rénovation du dialogue social”.

Dans la formation mais pas dans les épreuves finales

Comme l’indique l’étude de Réalités du dialogue social [cliquez ici pour consulter les résultats], l’enjeu de la formation au dialogue social pour les encadrants est en effet “pris en compte encore de manière inégale”. Les 8 organisations syndicales interrogées (CGT, FO, CFDT, Unsa, FSU, Solidaires, CDE-CGC et CFTC) estiment ainsi que la maîtrise du fonctionnement des instances est une “base fondamentale” pour les militants, mais “seules” 5 d’entre elles disposent de modules dédiés au dialogue social.

Sur les 27 écoles de service public interrogées, 21 établissements affirment intégrer le dialogue social dans leur formation, 4 ne le traitent pas du tout et 2 autres l’externalisent en la confiant à l’Institut de gestion publique et du développement économique (IGPDE) de Bercy.

“C’est véritablement à partir de l’adoption de la loi de 2010 que ces écoles ont introduit ou approfondi la formation initiale au dialogue social qui revêt toujours un caractère obligatoire sans toutefois être sanctionnée par un examen final”, analyse l’association. Le dialogue social n’est en effet pris en compte dans les épreuves finales que dans 53 % des écoles interrogées.

Attentes vis-à-vis des écoles

En formation initiale comme continue, le dialogue social est davantage enseigné par des intervenants extérieurs que par des enseignants des écoles. En formation initiale, 10 écoles ont notamment recours à des syndicalistes et 7 à des universitaires. En formation continue, 11 établissements font, pour leur part, appel à des formateurs professionnels.

Quoi qu’il en soit, les attentes des organisations syndicales et des employeurs publics sont grandes à l’égard du Réseau des écoles de service public (Resp). L’occasion pour l’association Réalités du dialogue social de citer (anonymement) des verbatims de représentants du personnel qui attendent “une confirmation de l’attention portée par les écoles à la formation des cadres”.

Les employeurs publics jugent quant à eux nécessaire d’être sensibilisés aux enjeux et à l’importance du dialogue social dans le contexte actuel de transformation de la fonction publique, mais attendent aussi que les futurs cadres soient préparés à “mettre en œuvre ou à participer à un dialogue social constructif, à la fois formel et informel”.