Quantcast

Retard à l’allumage pour la concertation sur la réforme de la fonction publique

13 mars 2018, PAR Bastien Scordia
  • 02
    MIN
  • 0

Fotolia

La réunion “plénière” de lancement de la concertation sur la réforme de la fonction publique n’aura lieu qu’après le 22 mars et non la semaine du 12 mars, comme initialement prévu. Et ce conformément aux demandes des 7 syndicats qui réclamaient que le gouvernement aille jusqu’au bout des procédures du dialogue social prévues avant la grève du 22 mars.  


De l’aveu d’un représentant du personnel, le calendrier de la concertation sur la réforme de la fonction publique “commence à avoir du plomb dans l’aile”. Initialement prévue dans la semaine du 12 mars, la séance “plénière” censée l’engager “formellement” ne se réunira qu’après le 22 mars, date de la journée d’appel à la mobilisation lancée par 7 des 9 organisations syndicales de fonctionnaires. Et ce conformément aux demandes desdites 7 organisations, qui réclamaient que le gouvernement aille jusqu’au bout des procédures du dialogue social prévues avant toute grève.

L’annonce en a été faite par le directeur général de l’administration et de la fonction publique (DGAFP), Thierry Le Goff, mardi 13 mars, lors d’une réunion “technique” sur le document d’orientation récemment transmis aux représentants du personnel qui détaille les axes de la concertation initiée par l’exécutif afin de “refonder le contrat social avec les agents publics”.

Pour rappel, ladite concertation est prévue jusqu’en amont des élections professionnelles du 6 décembre prochain et s’articulera autour de 4 axes : la simplification des instances de dialogue social, l’élargissement du recours au contrat, la plus grande individualisation des rémunérations et le renforcement de l’accompagnement des agents pendant leur carrière. La question des plans de départs volontaires sera notamment abordée dans le cadre de ce quatrième chantier [cliquez ici pour consulter notre article sur le sujet : “Tout le détail de la concertation à venir sur la réforme de la fonction publique”].

Premier groupe de travail le 30 mars

“Nous faisons le constat amer que le cadre de la concertation a peu de chances d’évoluer”, a expliqué Pascal Kessler, de la Fédération autonome de la fonction publique (FA-FP), à l’issue de la réunion “technique”. “Il n’y a quasiment aucune marge de manœuvre possible”, a-t-il ajouté, tout en pointant un “déficit” véritable de dialogue social.

“Nous demandons que le document d’orientation soit retiré ou, à défaut, complétement revu, a de son côté fait savoir Denis Turbet-Delof, de Solidaires Fonction publique. Le gouvernement ne devra pas nous présenter le même texte lors de la prochaine réunion.”

Quoiqu’il en soit, le calendrier prévu pour la concertation s’annonce d’ores et déjà serré. La réunion d’ouverture du premier chantier de la concertation – à savoir l’évolution des instances de dialogue social – est déjà planifiée pour le vendredi 30 mars, en présence du secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, Olivier Dussopt. Encore faut-il que la réunion “plénière” de lancement de la concertation ait préalablement eu lieu.