Quantcast

Les syndicats claquent la porte d’une réunion après les annonces du rendez-vous salarial

20 juin 2018, PAR Emile Marzolf
  • 02
    MIN
  • 0

Rassemblement des syndicats de fonctionnaires à Bercy pour le rendez-vous salarial du 18 juin. - © Lucile Gourdon/SIPA

Réunis mardi 19 juin en fin d’après-midi avec le secrétaire d’État en charge de la Fonction publique, Olivier Dussopt, les 8 organisations représentatives de la fonction publique présentes ont unanimement mis fin à la séance pour dénoncer le maintien du gel du point d’indice en 2019.


Alors que les syndicats de fonctionnaires rencontraient, mardi 19 juin, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, Olivier Dussopt, pour une réunion de concertation sur la réforme du cadre statutaire des agents publics, les représentants des 8 syndicats de la fonction publique présents (CGT, CFDT, Unsa, FSU, Solidaires, CFTC, CFE-CGC et FA-FP) ont claqué la porte pour “montrer leur mécontentement et leur désaccord”.

Cette décision, attendue, fait suite au rendez-vous salarial “manqué” de la veille. Les syndicats demandaient une revalorisation globale des salaires à travers le dégel du point d’indice, mais aussi des discussions sur “le rattrapage des pertes subies, l’abrogation de la journée de carence” ou encore “la compensation pérenne de la hausse de la CSG” et ce pour l’ensemble des fonctionnaires. Faute de décisions en ce sens de la part du gouvernement, les représentants syndicaux ont donc lu, lors de la réunion de mardi, une déclaration liminaire commune avant de la quitter.

Force ouvrière avait d’emblée boycotté la séance, déclarant dans un communiqué ne pas cautionner “la démolition libérale de la fonction publique” qui “conduirait à la détérioration du service public”.

Appel à “desserrer” l’agenda social

L’Unsa, de son côté, appelle le gouvernement à réviser sa méthode et pratiquer enfin un véritable dialogue social respectueux avec, entre autres, un agenda social desserré qui permette de garantir les droits et l’avenir des agents publics”. Après la réunion du 13 juin sur les nouvelles modalités de recours aux contractuels, les organisations représentatives de la fonction publique avaient déjà fait part de leur mécontentement, dénonçant une “parodie” de dialogue social, au point de s’interroger sur leur participation aux futures réunions de concertation.

La CFDT regrette, dans un communiqué, que le rendez-vous salarial du 18 juin n’ait “rien apporté de substantiel aux agents” alors qu’il était “très attendu”. Le gouvernement a repris lundi, selon le syndicat, des “annonces préexistantes” et renvoyé “les mesures à des concertations ultérieures”, notamment sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Les 8 syndicats ont enfin appelé le ministre à convoquer à une nouvelle date la réunion de concertation de mardi, qui devait ouvrir le quatrième et dernier chantier de la concertation sur la réforme du cadre statutaire des agents publics, à savoir le renforcement de l’accompagnement des agents pendant leur carrière.

Avec AFP