Quantcast

Une mission d’audit envoyée en Guyane pour évaluer la situation des urgences de Cayenne

28 juin 2018, PAR Shahinez Benabed
  • 02
    MIN
  • 0

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé, mardi 26 juin, qu’une mission, menée par le président du Conseil national des urgences hospitalières, Pierre Carli, se rendrait du 7 au 9 juillet en Guyane “pour évaluer la situation particulière des urgences de Cayenne”.

Cette mission, lancée à l’initiative de la ministre, s’inscrit dans un contexte de tensions sur le sol guyanais. En effet, 17 médecins urgentistes ont déposé, depuis le 3 mai, leur lettre de démission ou demandé leur mise en disponibilité à la direction du Centre hospitalier Andrée-Rosemon (CHAR) pour dénoncer leurs conditions de travail, dégradées par le manque de moyens humains et l’inaction de leurs responsables hiérarchiques.

Ces démissions, effectives mardi prochain, interviennent un an après le conflit social qui a paralysé la Guyane en mars-avril 2017. L’hôpital de Cayenne, symbole de la décrépitude du système de santé sur le territoire, avait alors cristallisé la colère populaire, la population s’indignant notamment du nombre élevé d’infections nosocomiales (contractées lors d’une hospitalisation). 

Face à la situation, le gouvernement avait proposé 40 millions d’euros pour le moderniser. Une somme qui devrait être délivrée pour cet établissement, a précisé Agnès Buzyn, conformément aux accords de Guyane du 21 avril 2017, qui avaient découlé du conflit.

Titulaire d’un doctorat en médecine, Pierre Carli est chef du service d’anesthésie-réanimation à l’hôpital Necker-Enfants malades et directeur médical du Samu de Paris depuis 1998. Par ailleurs président du Conseil national de l’urgence hospitalière depuis 2009, il préside aussi le Conseil français de réanimation cardio-pulmonaire depuis 2003.