Quantcast

Stephan Martens va préfigurer un nouveau rectorat

10 juil. 2018, PAR Shahinez Benabed
  • 02
    MIN
  • 0

Université de Cergy-Pontoise


Une nouvelle mission pour Stephan Martens. Ce professeur des universités de classe exceptionnelle, jusque-là directeur de l’UFR “Langues et études internationales” à l’université de Cergy-Pontoise, vient d’être nommé vice-recteur de Mayotte (groupe I). En fonction pour une “première période de quatre ans”, selon l’arrêté de sa nomination publié au Bulletin officiel de l’éducation nationale, celui-ci devra notamment mettre en place un rectorat de plein exercice au sein de l’archipel de l’océan Indien.

Rappelons que cette mission fait suite aux conflits sociaux qui ont ébranlé le territoire en début d’année et s’inscrit dans le cadre de la promesse faite, en réponse, par le gouvernement, qu’un rectorat de plein exercice serait créé dans les deux ans. 

Précisons en outre que les vice-rectorats sont un service déconcentré de l’État de 4 entités d’outre-mer (Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et Wallis-et-Futuna) et assurent l’administration de l’éducation nationale sous l’autorité du représentant de l’État sur le territoire.

Âgé de 53 ans, Stephan Martens est notamment diplômé de l’institut d’études politiques de Lyon et titulaire d’un DEA d’histoire et civilisations, ainsi que d’un doctorat d’études germaniques.

Professeur des universités depuis 2005 et directeur de l’Institut franco-allemand d’études européennes (ex-Cirac) depuis janvier dernier*, il a notamment été recteur de l’académie de Guadeloupe entre 2011 et 2014 et a enseigné à l’université Bordeaux-Montaigne jusqu’en 2015. Également enseignant à Sciences Po Bordeaux et à l’université de Cergy-Pontoise depuis 2016, le nouveau vice-recteur a en outre, plus tôt dans sa carrière, été chargé de recherches à l’Observatoire européen de géopolitique de Lyon, de 1991 à 1997.

 

* Une fonction qu’il poursuivra en tant que vice-recteur.