Quantcast

Le Cerema a enfin un nouveau président

16 juil. 2018, PAR Shahinez Benabed
  • 03
    MIN
  • 0

Cerema

L'élection d'un président issu des collectivités locales, attendue en interne, vient ainsi mettre fin à une période de vacance qui touchait la fonction depuis quelques mois.


Comme nous l'indiquions début juillet, le conseil d'administration du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema), s'est réuni le 13 juillet dernier. Au cours de cette séance, il a élu son nouveau président, en la personne de Pierre Jarlier. Actuel maire (Rad) de Saint-Flour, dans le Cantal, et président de Saint-Flour Communauté, cet ancien sénateur connaît bien ce centre d'expertises proposant des outils d'ingénierie à destination de l’État et des collectivités locales. Il a en effet déjà présidé son conseil d’administration à sa création, d’avril à novembre 2014.

Période de troubles

L'élection d'un président issu des collectivités locales, attendue en interne, vient ainsi mettre fin à une période de vacance qui touchait la fonction depuis quelques mois. Car Pierre Jarlier remplace en effet Patricia Blanc, directrice générale de l'Agence de l'eau Seine-Normandie, dont le mandat s'est achevé au printemps dernier [lire notre article sur le sujet].

Rappelons que cette dernière avait été élue en décembre 2017, à la suite de la démission, en octobre, de Gaël Perdriau, et alors que le Cerema traversait une période de troubles [lire notre article sur le sujet]. Le maire de Saint-Étienne, qui avait était élu à cette fonction en 2015, contestait en effet de nouvelles coupes budgétaires et une réduction des effectifs de l'établissement, décidés par le gouvernement [lire notre article sur le sujet]. 

Cette démission avait été suivie peu après par une autre, celle de l'ancien directeur général du centre, Bernard Larrouturou, en décembre, sur fond de désaccord avec le secrétariat général des ministères de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, du Logement et de l’Habitat durable [lire notre article sur le sujet]. Un dernier départ, qui avait lui aussi entrainé plusieurs mois de vacance du poste de DG, jusqu'à la nomination, en mai dernier de Pascal Berteaud pour le remplacer [lire notre article sur le sujet].

Au cours de ces quelques mois de tensions au sein du Cerema, l'établissement, avait en outre été l'objet de rumeurs de démembrement voire de disparition, à la suite de la naissance annoncée de l’Agence de cohésion des territoires, un outil d’ingénierie à destination des collectivités territoriales, qui peine pour le moment à voir le jour [lire notre article sur le sujet].

Ancien président du Cerema

Architecte de métier, Pierre Jarlier, 64 ans, a été sénateur (UDI-UC) du Cantal de 1998 à 2015. Il s'est notamment investi, au Parlement, sur les domaines de l’urbanisme, du logement, de l’environnement et du développement des territoires. "Il est ainsi notamment l’auteur d’une proposition de loi Contrats territoriaux de développement rural votée au Sénat, et qui a inspiré les contrats de ruralité", rappelle le Cerema dans un communiqué.

Egalement ex-conseiller général du Cantal, entre 1992 et 2008, Pierre Jarlier cumule aussi plusieurs casquettes au sein d'associations d'élus, notamment celles de : vice-président de l’Association des maires de France (en charge de l’aménagement, de l’urbanisme et du logement) ; de président délégué de l’Association des petites villes de France ; et de secrétaire national de l’Assemblée des communautés de France.