Quantcast

Véronique Batut de retour à l’état-major de l’armée de l’air

20 juil. 2018, PAR Emilie Coste
  • 02
    MIN
  • 0

Armée de l'air


La colonelle du corps des officiers mécaniciens de l’air Véronique Batut, qui officiait jusqu’ici à l’état-major des armées en tant qu’adjointe au chef de la division “Contrôle et audit des armées” et directrice adjointe de l’audit interne des armées, vient d’être nommée officière générale chargée des affaires nucléaires, de la sécurité aérienne et de la navigabilité, au sein de l’état-major de l’armée de l’air. Le 1er septembre prochain, elle remplacera Pierre-André Parsi, en poste depuis septembre 2017, et sera également promue générale de brigade aérienne.

Rappelons que l’officier général chargé des affaires nucléaires, de la sécurité aérienne et de la navigabilité, placé auprès du major général de l’armée de l’air – actuellement Olivier Taprest – propose la politique de maîtrise des risques de cette armée, notamment en matière de sécurité nucléaire, de sécurité aérienne ou encore de protection de l’environnement.

Passée, entre autres, par l’École de l’air, l’École nationale supérieure de techniques avancées et le Collège interarmées de défense, Véronique Batut, 53 ans, avait déjà officié à l’état-major de l’armée de l’air, en tant que cheffe de la division “Études générales” du bureau en charge des finances et du budget, de 2006 à 2008 et avait été, plus tôt dans sa carrière, cheffe de la section “Moyens de renseignement électronique” au bureau des systèmes d’armes (2000-2003).

Cette ancienne commandante en second d’escadron de guerre électronique avait, par la suite, pris la tête du bureau “Logistique-technique” à l’inspection générale des Armées (2008-2011), puis le commandement d’une base aérienne (2011-2013), avant de rejoindre l’état-major des armées. D’adjointe “section” de la division “Plans programmes et évaluation” (2013-2014), Véronique Batut y était devenue superviseuse au centre d’audit des armées (2014-2016), avant de prendre son dernier poste d’adjointe au chef de la division “Contrôle et audit des armées” et de directrice adjointe de l’audit interne des armées.

Auparavant, elle avait également officié à l’École de l’air, en tant que professeure (1996-1998), cheffe du département “Analyse de systèmes” (1998-1999), puis officière supérieure adjointe “enseignement scientifique” (1999-2000).