Quantcast

Une commission du Sénat va également enquêter sur l’affaire Benalla

23 juil. 2018, PAR Emilie Coste
  • 03
    MIN
  • 0

Sénat


Alors que la commission des lois de l’Assemblée nationale s’est dotée des prérogatives d’une commission d’enquête sur l’affaire Benalla et auditionnait, lundi 23 juillet, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, la commission des lois du Sénat s’apprête à faire de même. Au cours d’une réunion qui s’est tenue ce 23 juillet, celle-ci a demandé l’octroi des prérogatives d’une commission d’enquête et a désigné la sénatrice DVD du Morbihan (et membre du groupe LR) Muriel Jourda et son homologue socialiste du Loiret Jean-Pierre Sueur comme corapporteurs.

Rappelons que cette demande fait suite aux révélations, le 18 juillet dernier, du quotidien Le Monde, qui avait publié une première vidéo montrant Alexandre Benalla, adjoint au chef de cabinet d’Emmanuel Macron, équipé d’un casque à visière des forces de l’ordre alors qu’il n’est pas policier, frappant un manifestant lors des manifestations du 1er Mai à Paris, entouré de CRS. Une seconde vidéo, diffusée le 19 juillet sur Twitter, montre le même Alexandre Benalla essayer de faire tomber une manifestante du 1er Mai. L’événement fait depuis l’objet d’une polémique grandissante et a entraîné la mise en examen, entre autres, du collaborateur de l’Élysée, tandis qu’une procédure de licenciement a été lancée à son encontre. Par ailleurs, 3 policiers, suspectés d’avoir transmis illégalement des images de vidéosurveillance à Alexandre Benalla, ont été suspendus [lire notre article sur le sujet].

Dans ce cadre, la commission des lois du Sénat prévoit de mener une mission de six mois portant “sur les conditions dans lesquelles des personnes n’appartenant pas aux forces de sécurité intérieure ont pu ou peuvent être associées à l’exercice de leurs missions de maintien de l’ordre et de protection de hautes personnalités et le régime des sanctions applicables en cas de manquements”, a-t-elle indiqué le 20 juillet dans un communiqué.

Ce 23 juillet encore, la commission sénatoriale a décidé de rendre ses travaux publics, alors qu’ils devaient initialement se dérouler à huis clos. Mardi 24 juillet, les sénateurs auditionneront les syndicats de policiers ainsi que le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, “afin d’entendre ses explications sur les conditions de la participation de M. Alexandre Benalla”, alors adjoint au chef du cabinet du président de la République, “aux opérations de maintien de l’ordre lors des manifestations du 1er Mai à Paris, ainsi que sur la nature et le cadre institutionnel de la mission qu’il y assumait au nom de l’État en collaboration avec les forces de sécurité”, précise en outre l’AFP citant un communiqué.

Puis, mercredi, ce sera au tour du directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, d’être entendu. Parmi les auditionnés, figureront également le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, le directeur général de la police nationale, Éric Morvan, le défenseur des droits, Jacques Toubon, ou encore le délégué général du mouvement La République en marche et secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement, Christophe Castaner. Enfin, le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, sera entendu jeudi prochain.

De son côté, le président du groupe PS au Sénat, Patrick Kanner, a demandé que le Premier ministre, Édouard Philippe, “vienne s’exprimer au plus vite devant le Sénat”, pour répondre aux questions que se posent les sénateurs sur cette affaire.

Muriel Jourda (photo), 50 ans, est arrivée au Palais du Luxembourg en septembre 2017, après avoir été, pendant deux ans, vice-présidente du conseil départemental du Morbihan, déléguée à la culture et à la lecture publique. Elle y siège depuis en tant que conseillère départementale. Avocate au barreau de Lorient, elle a également été maire de Port-Louis, dans le département, de 2008 à 2014.

Jean-Pierre Sueur, 71 ans, est sénateur depuis 2001, vice-président de la commission des lois et premier vice-président du groupe socialiste et républicain du Sénat depuis janvier dernier. Ce normalien, agrégé de lettres modernes, ancien maire d’Orléans de 1989 à 2001, a également été député – de 1981 à 1991 – du département où il est aujourd’hui sénateur, avant d’être nommé secrétaire d’État aux collectivités locales, de 1991 à 1993, dans les gouvernements d’Édith Cresson, puis de Pierre Bérégovoy.

Avec AFP