Quantcast

Course contre la montre au Brésil pour permettre à Lula d’être candidat à la présidentielle

5 sept. 2018, PAR Acteurs Publics
  • 02
    MIN
  • 0

M Stan Reaves/REX/Shutterstock/SIPA

L’ex-Président dépose deux recours, l’un devant l’ONU et l’autre devant la Cour suprême brésilienne, pour tenter d’être candidat à la présidentielle après son invalidation par la justice électorale.


Luiz Inacio Lula da Silva, 72 ans, emprisonné, continue de se battre pour être candidat à l’élection présidentielle au Brésil, prévue les 7 et 28 octobre prochains. La défense de Lula a déposé deux recours pour suspendre l’application du jugement par lequel le Tribunal supérieur électoral (TSE) a déclaré inéligible, vendredi 31 août, l’ex-chef de l’État, qui purge une peine de plus de douze ans de prison pour corruption et blanchiment d’argent.

L’ex-maire de Sao Paulo, Fernando Haddad, qui figure sur le ticket de Lula en tant que vice-président pour le scrutin des 7 et 28 octobre, a passé plusieurs heures, lundi 3 septembre, dans la cellule de Curitiba où est incarcéré l’ex-Président, avec d’autres membres du parti de gauche.

“La décision du parti est de déposer un recours contre la décision du TSE et nous avons exposé au Président Lula toutes les possibilités juridiques à sa disposition et il a pris sa décision, à travers ses avocats”, a déclaré son colistier. “En premier lieu nous allons saisir l’ONU pour qu’elle se prononce sur la décision de la justice électorale”, a déclaré devant des journalistes Fernando Haddad, accompagné de la présidente du Parti des travailleurs (PT) de Lula, Gleisi Hoffmann.

39 % des intentions de vote

Le comité des droits de l’Homme de l’ONU avait appelé, à la mi-août, le Brésil à autoriser Lula à participer à l’élection présidentielle d’octobre, tant que tous ses appels en justice n’auraient pas été examinés. Les décisions de ces experts sont toutefois rarement suivies d’effet.

“En deuxième lieu, Lula a décidé de déposer un recours devant la Cour suprême”, a ajouté Fernando Haddad, expliquant que ces démarches étaient destinées à permettre que Lula puisse enregistrer sa candidature dans les dix jours impartis par le TSE, c’est à dire jusqu’au 12 septembre.

Peu après la disqualification de l’icône de la gauche, grand favori avec 39 % des intentions de vote, le PT avait annoncé qu’il allait “le défendre dans les rues, avec le peuple, parce qu’il est le candidat de l’espérance” et déposer tous les recours possibles. Lula a été invalidé au nom de la loi “Ficha limpa” (Casier vierge), qui interdit à toute personne condamnée en deuxième instance de se présenter à une élection.

(avec AFP)