Quantcast

Les directeurs d’école en mal de reconnaissance

12 sept. 2018, PAR Bastien Scordia
  • 02
    MIN
  • 0

Romain Beaumont/SIPA

Selon une étude de l’OCDE publiée mardi 11 septembre, l’écart de salaire entre un directeur d’école français et un enseignant n’est que de 7 %, contre en moyenne 41 % dans les autres pays de l’organisation.  


Voilà une étude sur laquelle les syndicats ne manqueront sans doute pas de s’appuyer pour réclamer une revalorisation des conditions de travail des directeurs d’école. Dans la dernière édition de son rapport annuel “Regards sur l’éducation”, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pointe en France un manque de reconnaissance salariale des directeurs d’école.

Un directeur d’école en primaire gagne ainsi 7 % de plus seulement que les enseignants de son établissement. “C’est le plus faible écart observé dans la zone OCDE”, a souligné le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, lors de la présentation du rapport, mardi 11 septembre [cliquez ici pour consulter le rapport et ici pour consulter la note spécifique à la France]. L’écart s’établit en moyenne à 41 % au sein de l’OCDE.

La France fait également office d’exception quand la comparaison porte sur les salaires des directeurs d’école en comparaison de ceux d’autres chefs d’établissement, à la tête des collèges notamment. Un chef d’établissement au collège gagne ainsi “presque 70 % de plus que celui de l’élémentaire, l’écart le plus élevé de tous les pays de l’OCDE [la moyenne y est de 13 %, ndlr]”, explique l’organisation.

Accroître la responsabilité

Dans son rapport, l’OCDE pointe également la faible autonomie des chefs d’établissement dans notre pays. Une plus grande marge de manœuvre leur permettrait, ainsi qu’aux enseignants, d’“obtenir de meilleures décisions” et ainsi de “favoriser la réussite scolaire de tous les élèves”. 

“En France, plus de la moitié des décisions concernant le premier cycle de l’enseignement secondaire sont prises par les autorités centrales quand 10 % seulement le sont au niveau de chaque collège”, a expliqué le secrétaire général de l’OCDE.

Autant d’éléments qui seront à coup sûr mis en avant lors des négociations entre les représentants du personnel et le ministère de l’Éducation nationale. La question des directeurs d’école doit en effet figurer à l’ordre du jour de l’agenda social l’année prochaine.