Quantcast

Maxence Delorme rejoint une autorité publique indépendante

13 sept. 2018, PAR Shahinez Benabed
  • 02
    MIN
  • 0

AMF


En remplacement d’Anne-Sophie Texier, nommée récemment conseillère à la cour d’appel de Paris, Maxence Delorme, jusque-là vice-procureur, chef du pôle économique et financier au parquet du tribunal de grande instance (TGI) de Nanterre (Hauts-de-Seine), vient d’être nommé, au sein de l’Autorité des marchés financiers (AMF), directeur de l’instruction et du contentieux des sanctions et conseiller auprès de la présidente de la commission des sanctions, Marie-Hélène Tric.

Rappelons que l’AMF est une autorité publique indépendante, créée en 2003, et dont la mission est notamment de veiller à la protection de l’épargne investie en produits financiers, à l’information des investisseurs, ainsi qu’au bon fonctionnement des marchés.

Âgé de 41 ans, Maxence Delorme était vice-procureur de la République près le TGI de Nanterre depuis 2016. Titulaire de deux DEA, l’un en droit pénal et politique criminelle en Europe et l’autre en droit privé général, il avait débuté sa carrière au pôle économique et financier du TGI de Paris, en tant qu’assistant de justice, en 2000.

Devenu notamment juge d’instruction en 2004 au TGI de Péronne, dans la Somme, le nouveau directeur avait ensuite rejoint la direction des affaires criminelles et des grâces du ministère de la Justice, comme substitut au bureau du droit économique et financier, de 2007 à 2009.

Passé, à cette dernière date, chef du bureau du droit pénal et de la protection juridique à la direction des affaires juridiques de Bercy, il fut par la suite nommé, en 2010, conseiller juridique au cabinet de deux ministres de l’Économie de l’époque, à savoir Christine Lagarde, puis François Baroin, jusqu’en 2012.

Maxence Delorme avait alors pris, dans la foulée, les fonctions de sous-directeur des affaires juridiques de l’environnement et de l’urbanisme, cette fois-ci à la direction des affaires juridiques, rattachée au secrétariat général des ministères de l’Écologie et du Logement. Et ce jusqu’en 2015.