Quantcast

Hôpital : Emmanuel Macron veut en finir avec une “administration de gestion”

18 sept. 2018, PAR Bastien Scordia
  • 03
    MIN
  • 0

HAMILTON-POOL/SIPA

Lors de la présentation de la stratégie gouvernementale de réforme du système de santé, mardi 18 septembre, le président de la République a estimé qu’il fallait améliorer l’organisation des hôpitaux. Objectif : promouvoir un cadre favorisant “le sentiment d’appartenance à un collectif”.


Il faut responsabiliser et revaloriser les personnels soignants. C’est le credo qu’a affiché le président de la République, Emmanuel Macron, lors de son discours de présentation de la réforme du système de santé, mardi 18 septembre.

“Accroître la qualité de l’accès aux soins, c’est aussi permettre aux personnels soignants de retrouver un environnement de travail apaisé et une juste revalorisation de leur travail, singulièrement à l’hôpital”, a expliqué le chef de l’État. Et d’ajouter qu’il est nécessaire de “s’interroger sur les conditions d’exercice des personnels hospitaliers pour redonner du sens à leurs missions et des perspectives à leurs carrières”.

En ce sens, le président de la République a annoncé que les conditions d’emploi en seconde partie de carrière feraient prochainement l’objet d’une concertation spécifique, mais aussi qu’un “effort indemnitaire” serait mis en œuvre “en particulier” pour les assistantes sociales exerçant en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

Responsabiliser les personnels

Les choses “doivent aussi être plus claires dans l’organisation de l’hôpital” dans le but de promouvoir un cadre favorisant “le sentiment d’appartenance à un collectif”, a ajouté le chef de l’État.

“En écoutant des personnels soignants, j’ai été frappé : ils ont le sentiment d’avoir été un peu dessaisis de l’évolution de l’hôpital durant ces dernières années, comme on a éloigné les décisions du niveau le plus proche des patients”, a-t-il poursuivi. L’occasion pour le chef de l’État d’évoquer une “administration de gestion qui a parfois éloigné ou déresponsabilisé des personnels de santé”. Pour y remédier, l’exécutif entend notamment “remettre le médecin au cœur de la gouvernance” et du pilotage stratégique. “Mais responsabiliser les praticiens nécessite qu’ils se sentent parties prenantes, a souligné Emmanuel Macron. Des représentants des communautés professionnelles territoriales de santé intégreront le conseil de surveillance de leurs centres hospitaliers.”

400 millions d’euros en plus l’année prochaine
Les crédits de l’assurance maladie – Objectif national des dépenses d’assurance maladie (Ondam) – augmenteront de 2,5 % en 2019, soit près de 400 millions d’euros supplémentaires. Le plan “Ma Santé 2022” présenté par Emmanuel Macron sera au total doté d’un budget de 3,4 milliards d’euros d’ici 2022. Dans le détail, 1,6 milliard d’euros sera consacré à “la structuration des soins dans les territoires”, 920 millions à l’investissement hospitalier, 500 millions à la transformation numérique et 420 millions à “l’évolution des métiers et des formations”. Une rallonge financera aussi la création de 4 000 postes d’assistants censés décharger les médecins des tâches administratives et de certains actes simples.