Quantcast

Une mission sur l’expertise culturelle internationale lancée par Françoise Nyssen

5 oct. 2018, PAR Shahinez Benabed
  • 03
    MIN
  • 0


Faire rayonner la France en matière d’ingénierie culturelle internationale, afin exporter le savoir-faire et les compétences du pays dans ce domaine. Tel est l’objectif de la mission dédiée à l’expertise culturelle internationale qui vient d’être lancée par la ministre de la Culture, Françoise Nyssen. Placée auprès du secrétaire général du ministère de la Culture, Hervé Barbaret, cette mission sera conduite par 3 agents du même ministère : Agnès Saal, récemment devenue haute fonctionnaire à l’égalité, à la diversité et à la prévention des discriminations au secrétariat général [lire notre article sur le sujet] ; Chloé Samaniego, adjointe de François Laurent, sous-directeur des affaires européennes et internationales ; et Sébastien Zonghero, chef de projet “Valorisation de l’expertise technique patrimoniale” à la direction générale du patrimoine.

Dans le détail, il s’agira “d’apporter une réponse plus complète et plus organisée aux nombreuses demandes de conseil, de formation, et d’accompagnement de nos partenaires étrangers, institutionnels comme professionnels de la culture”, autour de l’ingénierie culturelle, indique un communiqué. La mission s’attachera aussi “à mettre en place des partenariats avec Expertise France et l’Agence française de développement (AFD), pour faciliter la réponse aux appels d’offres et organiser une approche plus prospective” de ce marché, toujours selon le document.

Les trois missionnés, quant à eux, ont déjà une expertise sur le sujet et justifient de plusieurs années d’expérience au ministère de la Culture.

Agnès Saal (photo), 60 ans, est devenue en septembre haute fonctionnaire à l’égalité, à la diversité et à la prévention des discriminations auprès du secrétaire général du ministère. Énarque de la promotion Solidarité (1983) et diplômée de Sciences Po Paris, elle a notamment présidé l’Institut national de l’audiovisuel (INA) entre 2014 et 2015. À cette dernière date, elle avait dû démissionner de ses fonctions suite à une polémique concernant ses frais de taxi (dont environ 40 000 euros facturés à l’INA). À la suite de cela, cette administratrice générale s’était vue exclue, par décret, de la fonction publique pendant deux ans (dont six mois fermes) et condamnée à verser plusieurs milliers d’euros d’amendes. Elle avait en outre écopé de trois mois de prison avec sursis.

Agnès Saal a également été, entre autres, directrice adjointe de cabinet de Catherine Trautmann (1997-2000), puis de Catherine Tasca (2000-2001) au ministère de la Culture et directrice générale de la Bibliothèque nationale de France (2001-2007). Elle a aussi été directrice générale du Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou entre 2007 et 2014.

Chloé Samaniego, pour sa part, est adjointe au sous-directeur des affaires européennes et internationales depuis août 2017. Avant cela, celle ancienne élève de Sciences Po Paris a notamment été, en début de carrière, consultante au sein du cabinet d’audit Ernst & Young, entre 2006 et 2007. Entrée une première fois au ministère de la Culture en 2009, à des postes de chargée de pilotage et de chargée de tutelle, elle a ensuite été nommée conseillère technique auprès de la ministre de la Culture de Taïwan, en 2012, puis a pris le poste de secrétaire générale de l’École nationale supérieure d’arts Paris-Cergy à partir de 2013.

Sébastien Zonghero, quant à lui, est titulaire d’un DESS en sciences politiques. Il fut notamment, en début de parcours, chargé de mission au Centre Pompidou de Paris sur la période 2002-2003. Nommé, dans la foulée, chargé de mission à la délégation générale à la langue française et aux langues de France au ministère de la Culture, il a ensuite pris les fonctions de chef de cabinet du secrétaire général du même ministère entre 2006 et 2010.

Toujours au ministère de la Culture, Sébastien Zonghero a aussi été secrétaire général adjoint, entre 2010 et 2016, avant d’être nommé chef de projet “Valorisation de l’expertise technique patrimoniale” à cette dernière date.