Quantcast

Le directeur de l’Agence du numérique va quitter ses fonctions

8 oct. 2018, PAR Shahinez Benabed
  • 03
    MIN
  • 0


Du changement à venir au sein de l’Agence du numérique. Ce service à compétence nationale né en 2015 et placé auprès du ministère de l'Économie et des Finances, se séparera bientôt de son directeur, Antoine Darodes. Ce dernier a en effet annoncé qu’il quitterait ses fonctions à la fin de ce mois d’octobre. Pour l’heure, le nom de son ou sa remplaçant(e) n’est pas encore connu.

Antoine Darodes occupait ce poste depuis la création de l’agence, après avoir été, à partir de 2012, responsable de la mission “Très haut débit” à Bercy, chargée de mettre en œuvre le plan France Très Haut Débit* et aujourd’hui intégrée à l’agence.

Choix personnel

Interrogé par Acteurs publics sur les raisons de son départ, le futur ex-directeur indique qu’il s’agit d’un choix “personnel”, né d’un “besoin de souffler”, alors que, explique-t-il, les “missions de l’agence sont désormais bien identifiées”. Il annonce par ailleurs qu’il se laissera “trois ou quatre mois” avant de prendre de nouvelles fonctions, qui pourraient être tant “dans le public” que dans “le privé”.

Ce départ intervient alors que les sénateurs viennent de déposer une proposition de loi visant à aboutir à la création de l’Agence nationale de cohésion des territoires, et proposant d’intégrer à cette future ANCT les agents de l’Agence du numérique (hors ceux affectés à la mission French Tech avant l’entrée en vigueur du texte [lire notre article sur le sujet]). Pour autant, explique Antoine Darodes, “ma décision de partir avait été prise bien avant”.

Rapporteur de l’Autorité de la concurrence

Âgé de 41 ans, Antoine Darodes est un ancien élève de l’École normale supérieure de Cachan. Titulaire d’un DEA de droit de la concurrence et de la consommation, il a notamment été chargé de mission auprès du directeur général (Philippe Distler) et directeur des marchés haut-très haut débits et des relations avec les collectivités territoriales de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), de 2009 à 2012.

Plus tôt dans sa carrière, cet ancien professeur de droit en BTS a aussi été chargé d’enseignement à l’Institut d’études judiciaires de l’université de Perpignan et chargé de cours à l’université de Montpellier-I, sur la période 2001-2004. Il a en outre été rapporteur permanent du Conseil de la concurrence (désormais baptisé Autorité de la concurrence) entre 2004 et 2009.

* Le Plan France Très Haut Débit est une stratégie visant à couvrir le territoire français en très haut débit d’ici 2022.

Qu’est-ce que l’Agence du numérique ?
L’Agence du numérique est composée de 3 pôles (le plan France Très Haut Débit ; l’initiative French Tech, visant à donner une identité visuelle commune aux start-up françaises ; le programme Société numérique, devant favoriser l’appropriation du numérique par le grand public). Son ambition est de “préparer, avec ses partenaires publics et privés, l’ensemble de la société française à la révolution numérique”, comme l’explique un communiqué de presse.