Quantcast

Bientôt une mission sur la lutte contre les dégâts des sangliers dans les exploitations agricoles

9 oct. 2018, PAR Emilie Coste
  • 02
    MIN
  • 0


Lutter contre la prolifération de gros gibiers et les dégâts causés dans les exploitations des agriculteurs. Voilà le but de la mission qui doit prochainement être confiée au député LREM de l’Aude Alain Péréa et au sénateur LR du Loiret Jean-Noël Cardoux.

Historiquement, nous explique le député Alain Péréa, “les chasseurs ont négocié avec les agriculteurs l’autorisation de chasser le sanglier sur leurs terrains en s’engageant, en échange, à prendre en charge les dégâts faits par les gibiers”. Or, depuis plusieurs années, le nombre de ces animaux a explosé. En France, environ 700 000 d’entre eux ont été abattus par les chasseurs en 2016 et 2017, contre moins de 150 000 entre 1990 et 1991, selon l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

Une prolifération qui a entraîné des dégâts de plus en plus importants sur les terres agricoles et des tensions entre les agriculteurs et les chasseurs. Ces derniers “n’arrivent plus à maîtriser la population de sangliers”, explique le député de l’Aude, et avec elle, les dégâts provoqués.

Les deux parlementaires devront ainsi se pencher sur cette épineuse question, sur fond de peste porcine africaine, qui se déplace par le sanglier et menace les élevages français après la découverte, en Belgique, de nouveaux cas de sangliers affectés. Une fois la lettre de mission signée par le Premier ministre, Édouard Philippe, les deux parlementaires auront six mois pour proposer des solutions.

Alain Péréa (photo), 47 ans, est arrivé à l’Assemblée nationale avec la vague LREM de 2017. Il est vice-président de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire et coprésident du groupe d’études parlementaire “Chasse et territoires”. Cet ancien socialiste, qui a été maire de la commune de Villedaigne, dans l’Aude, entre 2011 et 2017, dirigeait, avant son élection au Parlement, le parc naturel régional de la Narbonnaise (2013-2017).

Jean-Noël Cardoux, 72 ans, est sénateur depuis 2011 et président du groupe d’études sénatorial sur la chasse et la pêche depuis 2015. Cet expert-comptable, commissaire aux comptes de profession, a été maire (UMP) de Sully-sur-Loire, dans le Loiret, de 1983 à 2006 et conseiller général de ce même département entre 1994 et 2015. En 2016, au moment de la primaire de la droite et du centre pour la présidentielle de 2017, il a également été un des porte-parole pour la campagne de François Fillon.