Quantcast

Un président nommé à la commission d’examen des candidatures pour la présidence de l’Inserm

9 oct. 2018, PAR Shahinez Benabed
  • 02
    MIN
  • 0

Jérémy Barande / Ecole polytechnique Université Paris-Saclay, CC by SA Wikimedia


La commission d’examen des candidatures à la fonction de président de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a désormais un nouveau membre et président. Jacques Biot, ancien président de l’École polytechnique, vient en effet d’être nommé à ces fonctions. Il prend ainsi le relais d’Alain Beretz, ex-directeur général de la recherche et l’innovation au ministère de l’Enseignement supérieur, remplacé à ce dernier poste en août dernier par Bernard Larrouturou [lire notre article sur le sujet].

La commission présidée par Alain Beretz avait déjà auditionné plusieurs personnalités le 21 juin, dont le président sortant, Yves Lévy – mari de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn –, initialement candidat à sa succession mais qui s’est finalement retiré de la course. Rappelons que l’hypothèse de la reconduction d’Yves Lévy, actuellement en charge de l’intérim de la présidence de l’Inserm depuis l’expiration de son mandat, le 12 juin dernier, avait valu moult critiques à Agnès Buzyn et au gouvernement en raison de potentiels conflits d’intérêts. La ministre s’était néanmoins constamment défendue en faisant valoir que la tutelle de l’Inserm lui avait été retirée par décret, au profit du Premier ministre. D’autres candidats s’étaient également déclarés et ont été entendus le 21 juin à huis clos par la commission d’examen des candidatures. La désignation de Jacques Biot en tant que président de cette commission marque donc la relance du processus.

Âgé de 65 ans, Jacques Biot, polytechnicien et diplômé de l’École des mines de Paris, a notamment été président de l’École polytechnique de 2013 à juillet dernier et avait, avant cela, présidé le conseil d’administration de l’École nationale supérieure des techniques industrielles et des mines d’Alès entre 2002 et 2013.

Cet ingénieur en chef des Mines a aussi officié à plusieurs reprises, au cours de sa carrière, en cabinets ministériels. Il a ainsi travaillé, en tant que conseiller technique, aux côtés d’Edmond Hervé au ministère délégué à l’Énergie (1983) et à deux reprises pour Laurent Fabius, d’abord au ministère de l’Industrie et de la Recherche (1983-1984), puis à Matignon (1984-1985).

Devenu notamment secrétaire général de Pasteur Vaccins en 1988 et directeur du secrétariat central de direction du groupe pharmaceutique Roussel Uclaf (1985-1988), Jacques Biot a aussi été directeur général de la division immunologie de “Pasteur-Mérieux sérums et vaccins” entre 1989 et 1992, avant de fonder et de prendre la tête du cabinet de conseil JNB-Développement S.A.