Quantcast

Après l’Inserm, Yves Lévy rejoint un grand corps de l’État

10 oct. 2018, PAR Shahinez Benabed
  • 02
    MIN
  • 0

Inserm/Guénet, François


L’ancien patron de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), Yves Lévy, qui assure l’intérim de ce poste depuis juin dernier, a trouvé un nouveau point de chute. Celui-ci vient en effet d’être nommé, en Conseil des ministres ce 10 octobre, conseiller d’État en service extraordinaire. Les conseillers d’État en service extraordinaire sont nommés pour cinq ans par décret pris en Conseil des ministres et ne siègent que dans les sections administratives.

Âgé de 61 ans, Yves Lévy, mari de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, était à la tête de l’Inserm depuis 2014. Un temps candidat à sa reconduction, il s’était finalement retiré de la course cet été, après qu’Agnès Buzyn et le gouvernement eurent essuyé de nombreuses critiques à ce sujet, en raison de potentiels conflits d’intérêts [en savoir plus sur le sujet].   

Avant cela, le nouveau conseiller d’État, docteur en médecine, a notamment été conseiller spécial “santé” au cabinet de Geneviève Fioraso au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche entre 2012 et 2014.

Plus tôt dans sa carrière, cet ancien interne des hôpitaux de Paris (1981-1986) a déjà officié à l’Inserm, en tant que chercheur, à partir de 1986. Devenu, trois ans plus tard, chef de clinique assistant au sein d’hôpitaux franciliens, puis praticien hospitalier au groupe hospitalier Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne) en 1992, il a ensuite, et entre autres, pris les fonctions de chef du service d’immunologie clinique de ce même groupe hospitalier de 1996 à 2012.

Yves Lévy a aussi officié à l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS) en tant que directeur scientifique du programme vaccinal (2006-2012) et a été, parallèlement, vice-doyen de la faculté de médecine de Créteil, de 2010 à 2012.