Quantcast

Nomination d’un “coordinateur” pour gérer les conséquences du Brexit sur les ports français

12 oct. 2018, PAR Shahinez Benabed
  • 03
    MIN
  • 0

Epamarne/Epafrance


Face à l’inquiétude de plusieurs élus locaux du nord de l’Hexagone, le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé, jeudi 11 octobre, la nomination d’un “coordinateur gouvernemental” chargé de gérer les conséquences du Brexit sur les ports et territoires français bordant la Manche. Et c’est Vincent Pourquery de Boisserin, un haut fonctionnaire du ministère de la Transition écologique et solidaire, qui sera chargé de cette mission, a indiqué le chef du gouvernement lors d’un discours devant les élus du littoral dans sa ville
d’élection du Havre (Seine-Maritime).

Ancien conseiller de Jean-Louis Borloo, Vincent Pourquery de Boisserin devra ainsi “mener, avec les élus locaux, la discussion sur les adaptations pratiques à mettre en œuvre, territoire par territoire, port par port”, a expliqué le Premier ministre.  

“Menace majeure”

Cette décision de nomination d’un coordinateur gouvernemental s’inscrit à la suite de la mise en garde, mardi 9 octobre, par plusieurs élus et responsables du secteur, dont le président centriste de la région Normandie, Hervé Morin, de la “menace majeure” que constitue le Brexit, a fortiori s’il devait intervenir sans accord entre Bruxelles et Londres lors de son déclenchement, prévu dans la nuit du 29 au 30 mars 2019.

“Le rétablissement d’une frontière et d’un passage douanier dès la fin du mois de mars prochain imposeront la mise en place d’installations permettant la perception éventuelle des droits de douane, de même que la perception de la TVA”, ainsi que “la réalisation de locaux dédiés aux contrôles vétérinaires et phytosanitaires”, qui sont systématiques, soulignent ces élus.

De nombreux nouveaux parkings s’annoncent en outre nécessaires en prévision de la très forte hausse prévisible du temps d’attente et de contrôle des camions. Les auteurs de la tribune réclament notamment de pouvoir passer ces marchés de BTP “en s’exonérant des procédures habituelles, particulièrement lourdes et contraignantes”.

Président de l’EPSF depuis 2017

Âgé de 62 ans, Vincent Pourquery de Boisserin est, depuis décembre dernier, président de l’établissement public de sécurité ferroviaire (EPSF), assurant les fonctions d’autorité nationale de sécurité sur la sécurité des chemins de fer communautaires.

Diplômé de l’École nationale des travaux publics de l’État, ainsi que de l’École nationale des ponts et chaussées, il a réalisé une grande partie de sa carrière à des postes liés aux transports et à l’aménagement du territoire. Il a ainsi notamment été coordinateur interministériel chargé du projet de liaison ferroviaire express entre Paris et l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, entre 2014 et décembre dernier, ainsi que directeur général des établissements publics chargés de l’aménagement de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, Epamarne/Epafrance, de 2011 à 2014. Il a par ailleurs, et entre autres, été, sur la période 2009-2010, directeur adjoint de cabinet de Michel Mercier, lorsque ce dernier était ministre de l’Espace rural et de l’Aménagement du territoire.  

Avant cela, Vincent Pourquery de Boisserin a été directeur régional de l’équipement du Centre et directeur départemental de l’équipement du Loiret, de 2006 à 2009, puis conseiller “aménagement durable, espace, habitat” au cabinet de Jean-Louis Borloo, alors ministre de l’Écologie.

Plus tôt dans sa carrière, le nouveau coordinateur a aussi occupé différents postes en préfectures. Il a par exemple été secrétaire général pour les affaires régionales (Sgar) à la préfecture de la région Bretagne de 1995 à 2001, sous-préfet de Lens, dans le Pas-de-Calais, de 2001 à 2004, et secrétaire général de la préfecture des Hauts-de-Seine de 2004 à 2006.

Avec AFP