Quantcast

RH 3.0 : pour une gestion RH augmentée au sein de l’État

9 janv. 2018, PAR
  • 03
    MIN
La transformation digitale touche de plein fouet les ressources humaines au sein de l’État. Des bouleversements majeurs se profilent : bien plus qu’une nécessité, la gestion RH 3.0 est une véritable opportunité qui pourrait réinventer la fonction…

Nouvelles attentes des agents, développement des usages collaboratifs, évolution des postures managériales... Les bouleversements liés à la transformation digitale dessinent le futur visage de la gestion RH de l’État. Une gestion « 3.0 » devenue indispensable, et qui devrait aussi permettre de réinventer les ressources humaines au sein de l’État. Mais comment ?

Vers des approches « agent centric »

Il s’agit d’abord de privilégier une approche « agent centric » afin de remettre l’usager au cœur de la conception des services RH rendant ces derniers plus engageants et plus riches du point de vue de l’expérience usager. Ainsi, une démarche de conception « orientée usages » se structure autour d’approches agiles autorisant du test and learn, et générant de l’évolution continue. C’est l’un des enjeux du déploiement des nouveaux services RH. Mais pas le seul…

Une nouvelle « expérience apprenant »

RH 3.0 rime également avec nouvelle formation. Auparavant descendante, elle se présente aujourd’hui comme une offre d’information et d’expérimentation à la demande, en tout lieu, et prend de nouvelles formes : MOOC, tutoriels, serious games, micro learning, etc.

La plateforme de formation annoncée dans le Grand plan d’investissement contribuera ainsi au développement d’une nouvelle « expérience plus engageante », plus proche des usages personnels. Elle fournira les moyens d’une conduite du changement « on demand » et « omnicanal » à des collaborateurs désormais acteurs de leur propre transformation.

De meilleures pratiques de gestion RH enfin accessibles

Côté technique, enfin, urbanisation et interopérabilité fonctionnelle et technique sont des clefs pour assurer la cohérence et l’optimisation du SIRH étendu, décloisonné et en évolution continue. Le SIRH de demain permettra ainsi de garantir la coexistence et le dialogue au sein d’une plateforme et d’une architecture modulaire, entre les solutions RH « socles » et des solutions RH digitales de nouvelle génération, disponibles sur site, en SaaS public ou sur une plateforme SaaS privée de l’État.

Vers un lab d’innovation appliqué à la fonction RH 3.0 ?

Comment aller plus loin encore ? Dans une logique de mutualisation interministérielle des outils digitaux, un laboratoire d’innovation appliqué à la fonction RH 3.0 permettrait de se positionner comme un incubateur au service des RH de demain, de revisiter les pratiques et d’inventer de nouveaux usages. L’intelligence collective du Lab apporterait plus d’agilité et plus de créativité au service d’une dynamique de la transformation.

Car demain, on utilisera même des systèmes de machine learning capables d’apprendre de manière autonome, de s’enrichir des usages précédents et en tirant parti du Big Data et du feedback des usagers. Peut-être alors pourra-t-on parler d’une « gestion augmentée des RH »…

 

David Boulestin, Directeur de la Practice RH - Secteur Public - Sopra Steria Consulting