Quantcast

Des syndicats se revendiquant comme force de proposition

8 mars 2018, PAR
  • 02
    MIN
Le premier déjeuner du Club de l’année 2018 s’est organisé autour des responsables « fonction publique » des syndicats CGT, CFDT, FO et FSU. L’occasion d’un échange percutant sur la réforme de l’action publique.

« Le syndicalisme n’est pas en dehors de la société ! Nous comprenons le besoin de réformes, que nous accompagnons. » Le Club des acteurs de la Performance publique a donné la parole, le 25 janvier, aux responsables « fonction publique » de 4 des plus grandes organisations syndicales de fonctionnaires à l’occasion d’un rendez-vous organisé au Conseil économique, social et environnemental : Jean-Marc Canon (CGT), Bernadette Groison (FSU), Christian Grolier (FO) et Mylène Jacquot (CFDT). Un échange proposé alors que le gouvernement n’avait pas encore indiqué qu’il poserait les bases d’une réforme ambitieuse de la fonction publique, détaillée le 1er février, à l’issue du premier comité interministériel de la transformation publique.

Cette discussion n’en était que plus riche, puisqu’elle a permis de débattre des principes mêmes qui devraient régir le secteur public. « Le monde n’est pas en noir et blanc, a relevé Bernadette Groison. Les réformes sont nécessaires pour répondre aux mutations profondes à l’œuvre. Elles doivent être mises en œuvre au service de l’intérêt général et construites avec les agents. » Les syndicats, ont insisté les 4 responsables, participent des alternatives possibles alors que le programme « Action publique 2022 », initié en octobre dernier par le Premier ministre, Édouard Philippe, est en marche.

« Il ne faut surtout pas entrer dans cette réforme par la question des moyens », a prévenu Jean-Marc Canon. « Définissons un modèle d’action publique et abordons ensuite la question des ressources », a prolongé Mylène Jacquot. « On voit bien que ce gouvernement, quoi qu’il en dise, reste flou sur ses intentions et qu’il est bien dans une logique budgétaire », a lancé Christian Grolier. Les 4 patrons des fédérations « fonction publique » pointent un manque de concertation de la part du gouvernement, manque qu’ils ont encore dénoncé après les annonces « surprises » du 1er février.

« Dépassons les caricatures sur des syndicats opposés à toute évolution du secteur public, se sont agacés d’une même voix Bernadette Groison, Mylène Jacquot, Jean-Marc Canon et Christian Grolier. Que l’on ne nous mette pas devant le fait accompli. Nous sommes force de proposition ! »

Rendez-vous autour de Jean-Marc Canon, secrétaire général de l’UGFF-CGT; Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU ; Mylène Jacquot, secrétaire générale de la CFDT Fonctions publiques et Christian Grolier, secrétaire général de la FGF-FO.