Quantcast

Un ministère au cœur du processus de transformation des politiques publiques

23 févr. 2017, PAR
  • 01
    MIN
Régine Engström, secrétaire générale des ministères de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, a présenté aux membres du Club des acteurs des Territoires durables les enjeux posés à son institution, créée voilà une décennie et qui a dû marier plusieurs cultures administratives.

Dix ans après sa création, voilà un ministère toujours au cœur d’un important processus de transformation. La secrétaire générale des ministères de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, Régine Engström, était l’invitée des membres du Club des acteurs des Territoires durables le 4 mai. Ce « superministère », bâti en 2007-2009, en pleine vague de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) sous la Présidence Sarkozy, a dû marier, non sans difficultés, plusieurs cultures administratives : équipement, transports, écologie, énergie et logement. Malgré les vicissitudes de la vie politique, le cap de départ a été globalement maintenu. En dix ans, il a fallu passer d’une logique de ministère bâtisseur à celle d’un ministère ensemblier de politiques publiques parfois contradictoires, a rappelé la secrétaire générale.

La loi sur la transition énergétique et la loi NOTRe relative aux compétences des collectivités locales, toutes deux votées en 2015, sont venues chambouler encore davantage la vie ce paquebot administratif dont le secrétariat général est la boussole, qu’il s’agisse du quotidien des services déconcentrés ou de certains métiers. Une attention importante doit être accordée aux ressources humaines et aux conditions de travail, avec une mobilisation du management, a estimé Régine Engström, en jugeant qu’une réflexion devait être menée sur les ­parcours professionnels.

Acteurs Publics