Quantcast

data visualisation hospitalière

9 juin 2015, PAR
  • 02
    MIN

Au début des années 2000, le CHU de Nantes a bâtit un système patient ouvert aux 5000 collaborateurs susceptibles d’y contribuer. Pour compléter son Système d'Information Hospitalier, la Direction des Systèmes d'Information et Télécommunications a alors décidé de construire son propre entrepôt de données et retient la suite logicielle et la base de données décisionnelle SAS. Le CHU produit alors des tableaux de bord et des statistiques en croisant des données de différentes sources. L'arrivée de la T2A et la mise en place des pôles provoquent néanmoins une petite révolution nécessitant une comptabilité analytique et le développement d’outils de pilotage pour accompagner le CHU qui choisit d’intégrer l’Echelle Nationale des Coûts dès 2005. « Cette évolution vers le pilotage comptable et le suivi des recettes s’est appuyée sur la solution de gestion des coûts par activité du même éditeur. Cela nous a permis de participer à ENC, et de produire en interne une analyse des coûts par séjour en plus du suivi complet de l'activité et de la valorisation des recettes du CHU, » explique Catherine Michel, chef de projet DSIT.

L’ère de la data visualisation : personnalisation et partage des données

La pression pour valoriser l'ambulatoire et la perspective d'un hôpital numérique ont amené le CHU de Nantes à réfléchir aux moyens d'enrichir son entrepôt de données et de l'ouvrir aux différents acteurs : directions, pôles, corps médical. « Le choix de la solution d’exploration et visualisation des données de SAS s’est imposée comme une opportunité pour nous d’accompagner l'encadrement du CHU et lui donner les moyens de suivre au plus près l’activité, le PMSI et la T2A, » poursuit C. Michel. « Notre entrepôt permet de rapprocher les données aux séjours pour en estimer le coût, vérifier l’adéquation avec les recettes, mais aussi de suivre les indicateurs définis dans les contrats d'objectifs signés entre les pôles et la direction ». Une information plus ciblée et personnalisée permet aux pôles de réagir plus rapidement, adapter leur mode de fonctionnement, leur organisation et améliorer leur efficience. Médecins, cadres administratifs et financiers vont ainsi collaborer, explorer les données directement et simplement, partager les mêmes tableaux de bord pour suivre au plus près leurs activités et les moyens mis en œuvre. « Le CHU a fait le choix de responsabiliser chaque praticien en lui demandant de saisir lui-même son activité médicale, son propre PMSI », précise Pierrick Martin, Directeur Technique DSIT. « Ceux qui consacrent du temps à la saisie dans un dossier médical électronique sont toujours en attente de résultats tangibles et utiles à leur activité. En offrant un accès et une vue personnalisés sur les informations clés, l’outil de visualisation constitue un véritable accélérateur de cette transformation analytique ».

Acteurs publics

Acteurs Publics