Quantcast

Internet des objets, un gisement 
de services insoupçonné

24 nov. 2015, PAR
  • 02
    MIN

Selon le Gardner Group dans son rapport « Forecast, Internet of Things », il y aura 26 milliards d’objets connectés en 2020, pour 1 450 milliards d’objets existants non connectés soit 3 % des objets présents dans le monde. Ces 3 % représentent 1 900 milliards de dollars de valeur ajoutée dont 15 % pour le seul secteur de la santé.

Devons-nous et avons-nous les moyens d’attendre le remplacement progressif et souvent non justifié des objets existants autour de nous pour améliorer les usages et répondre à des besoins latents ou avérés ?


Dans les domaines de la santé et des territoires, pour lesquels la contrainte économique est un facteur clé, le remplacement des objets en place ne doit se faire qu’en fonction du service utile rendu et non sur l’autel de la modernité, voire de l’obsolescence orientée par l’agressivité du marketing commercial.

Surycat, solution IoT d’Optiflows, entreprise française, crée des services, fondés sur les besoins et les usages, en permettant la communication entre des objets et des systèmes de toutes générations et tous domaines. Ainsi, un domicile peut être intégré à un service global en permettant à ses occupants de conserver l’équipement d’assistance ou de mesure qu’ils utilisent au quotidien. Ainsi un hôpital peut-il étendre et créer des services à moindre coût sur tout le territoire auquel il est attaché. Cette solution est basée sur un moteur d’intelligence « agentless » permettant à tous les objets de se comprendre sans besoin de développer des connecteurs propriétaires.

Surycat permet dans de nombreux domaines la mise en place de services 
de communication, d’alertes et de productivité, tels la production industrielle, les transports, les sites sensibles, la santé, etc. Surycat est une solution innovante, labélisée French Tech, aujourd’hui déployée sur plus de 400 sites dans 5 pays.

Christophe Le Dantec, Président-directeur général 
de Surycat by Optiflows