Quantcast
Partagez cette émission sur
Nathalie Appéré : “Nous, grandes villes, devons faire des choix dans nos politiques publiques”

Pour la députée-maire PS de Rennes Nathalie Appéré, les grandes villes doivent aujourd’hui “s’adapter, faire des choix, mettre des priorités dans (leurs) politiques publiques” pour participer ainsi à l’effort de limitation de la dépense publique. “Mais cet effort doit être soutenable”, relève-t-elle à l'occasion de la Conférence des villes organisée le 22 septembre à Paris par l'association France urbaine. L'élue souligne par ailleurs le rôle des grandes villes, territoires qui peuvent “expérimenter, innover, risquer, fédérer l’ensemble des acteurs” parce que, estime-t-elle, “les solutions s’inventent dans nos villes”.

Publié le : mercredi 4 janvier 2017

Nathalie Appéré : “L’enjeu, c’est l’égalité des territoires”
Pour la maire de Rennes et présidente de l’Agence nationale de l’habitat, la rénovation urbaine doit être appréhendée au niveau intercommunal. L’élue met en avant le volet humain en insistant sur les services rendus dans les quartiers et sur les enjeux de sécurité et de scolarité. Un entretien organisé dans le cadre des “Jéru” 2017.

Publié le : 12 July 2017

Quelle nouvelle alliance pour les territoires ?
Conférence des villes, Paris, le 22 septembre 2016. Les participants de cette table ronde, “Quelle nouvelle alliance pour les territoires ?”, organisée dans le cadre de la 16e Conférence des villes de France urbaine : la maire de Nantes et présidente de Nantes métropole, Johanna Rolland, le président des maires ruraux de France, Vanik Berberian, le maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, Philippe Saurel, le président de la métropole du Grand Paris et député-maire de Rueil-Malmaison, Patrick Ollier, et le directeur du réseau et des territoires de la Caisse des dépôts et consignations, Marc Abadie. Philippe Richert, président de Régions de France, a conclu cet échange.

Publié le : 04 January 2017

André Rossinot : “L’élection présidentielle doit parachever le processus de décentralisation”
S’il n’y a pas une avancée décentralisatrice “forte, exceptionnelle, visible et crédible” à l’occasion de la prochaine élection présidentielle, alors “nous perdons cinq ans et ce sera un risque majeur pour nos concitoyens”, a relevé, au micro d’Acteurs publics TV, André Rossinot, président de la métropole du Grand Nancy et secrétaire général de France urbaine. Il était interrogé dans le cadre de la Conférence des villes, organisée par France urbaine le 22 septembre. “Que l’intelligence collective s’attache à ce que tous les territoires soient solidaires et irrigués par des projets”, recommande-t-il, appelant à ne pas perdre de temps, au risque “d’être nuisible”.

Publié le : 04 January 2017